Face à la conjoncture marquée par une crise économique et financière occasionnant la baisse des recettes dans tous les secteurs d’activités, le gouvernement a décidé de suspendre, à compter du 31 juillet 2017, pour une durée de 12 mois, tout recrutement dans la Fonction publique et les établissements publics personnalisés.

Le Premier ministre, Issoze Ngondet veut certainement voir plus clair dans la gestion des agents de l’administration publique en annonçant ce gel des recrutements. © Gabonreview

 

Dans une note de service du ministère de la Promotion des Investissements privés, du Commerce et de l’Industrie, ventilant la note circulaire numéro 1343/PM du 31 juillet 2017 relative à la maitrise de la masse salariale, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a informé les administrations centrales de cette mesure devant s’étaler sur 12 mois.

Elle vise en effet la maitrise de la masse salariale particulièrement dans cette période de crise. Ce d’autant que plusieurs sources affirment que cette masse salariale est passée de 350 milliards de Francs CFA en 2009 à 720 milliards de Francs CFA aujourd’hui. Le document transférer aux ministères précise qu’ «afin de permettre une maitrise optimale de l’évolution de la masse salariale de l’Etat et une meilleure gestion des ressources humaines, le gouvernement sursoit pour une durée de 12 mois, à compter du 31 juillet 2017, tout recrutement dans la Fonction publique et dans les établissements publics personnalisés».

En invitant à une stricte application de cette mesure, le chef du gouvernement a assuré qu’«au terme de ce délai, la reprise des recrutements sera conditionnée par la production de plans de recrutement, de formation ainsi que d’organisation des effectifs par programmes ministériels».

La décision du Premier ministre intègre les réformes engagées depuis quelques années au sein de l’Etat et particulièrement de l’administration publique, notamment pour parvenir à une maîtrise du fichier des agents de l’Etat et de la masse salariale publique.

Aidé par des experts de la Banque mondiale, le Gabon envisage de lancer un Système intégré de gestion de la ressource humaine (SIGRH) devant permettre d’avoir de meilleures informations sur les agents de l’Etat.

En attendant l’aboutissement de toutes ces réformes engagées, le gel des recrutements dans la Fonction publique et les établissements publics personnalisés, premiers employeurs du pays, aura certainement un impact social important. Le taux de chômage au Gabon s’élevant à 30% de la population et atteindrait 40% chez les moins de 25 ans.