Deux ans après sa mise en œuvre effective, le Nouveau système de rémunération a été primé, mercredi 5 juillet, au Maroc.

Le ministre en charge de la Fonction publique Jean-Marie Ogandaga, le 5 juillet 2017 au Maroc. © D.R.

 

Dès le 24 juillet 2015, les agents de l’Etat étaient payés sur la base du Nouveau système de rémunération (NSR). Si l’initiative du gouvernement, conduite par les ministres Jean-Marie Ogandaga (Fonction publique) et Christian Magnagna (Budget), avait été presqu’unanimement appréciée des Gabonais, en dépit de quelques critiques, deux ans après, le NSR a été primé au Maroc. Dans le cadre de la deuxième édition du Prix panafricain du service public (PPSP), le Centre africain de formation et de recherches administratives pour le développement (Cafrad) a décerné au gouvernement gabonais, mercredi 5 juillet, le prix d’excellence dans la catégorie «Innovation et amélioration de la qualité du service public».

Si le NSR gabonais l’a emporté sur les 18 candidats en lice, c’est parce qu’il répondait aux différents critères d’évaluation du PPSP, dont l’objectif est de «récompenser la créativité et les contributions des institutions publiques d’Afrique, au service d’une administration publique plus efficace et réactive». Selon les organisateurs, depuis sa mise œuvre effective, il y a deux ans, le NSR a réussi à «améliorer l’efficacité», à «offrir une prestation de service de qualité», à «favoriser la participation du citoyen et de la société civile», à «améliorer l’accès et promouvoir l’équité», à «favoriser les partenariats», à «transformer l’administration» et à «présenter un concept nouveau dans le cadre d’un pays au service d’une meilleure prestation de services publics».

Le prix d’excellence revient au service classé au premier rang dans chacune des trois catégories : «administration électronique» (divisée en deux sous catégories), «innovation et amélioration de la qualité du service public» et «promotion de l’approche genre dans la Fonction publique».