Passerelle d’opportunité d’affaires entre la Confédération patronale gabonaise (CPG) et le Conseil chinois pour la promotion du commerce international (CCPIT), un mémorandum d’entente a été signé entre les deux parties, le 4 septembre à Beijing.

Le président de la CPG, Alain Ba Oumar (image d’archives). © Gabonreview

 

Présente au Forum sur la coopération sino-africaine (Focac), la Confédération patronale gabonaise (CPG) ne repartira pas les mains vides. Le 4 septembre à Beijing, la CPG et le Conseil chinois pour la promotion du commerce international (CCPIT) ont signé un mémorandum d’entente.

A travers le document signé par les présidents de la CPG (Alain Ba Oumar) et du CCPIT (Jiang Zengwei), les deux parties se sont engagées à «fournir davantage d’opportunités de commerce et d’investissement l’un envers l’autre pour mieux promouvoir le développement des relations économiques et commerciales bilatérales».

Le mémorandum porte sur dix points censés garantir «l’égalité et le bénéfice mutuel» de chacune des parties. L’on peut citer l’«organisation de délégations commerciales dans l’autre pays, soutenir et assister les délégations de l’autre pays en visite». Ou encore, la mise en place d’«une plate-forme pour la consultation des entreprises et un mécanisme de coordination soutenu par le dialogue gouvernemental et la coopération commerciale».

L’on peut aussi évoquer la «promotion de la collaboration et les échanges au service juridique commercial», l’«organisation conjointe d’une formation sur les compétences professionnelles et le renforcement des capacités de l’entreprise», l’«organisation conjointe des échanges entre experts économiques et commerciaux, chercheurs et Think Tanks au niveau national», etc.

Valable pour deux ans à partir de la date de sa signature, le mémorandum peut être résilié par l’une ou l’autre partie, 90 jours avant la date d’expiration. Sans ce préavis, le mémorandum d’entente sera renouvelé automatiquement pour une nouvelle période de deux ans.