La filiale RD congolaise du groupe bancaire dirigé par le Gabonais Henry-Claude Oyima est accusée par l’ONG The Sentry, de George Clooney, d’être parmi «les financiers du terrorisme» dans le monde.

BGFIBank RDC est accusée par l’ONG The Sentry de financer le terrorisme. © rdc.groupebgfibank.com

 

George Clooney vs Henry-Claude Oyima! Le duel n’a rien de commun, et beaucoup le pensaient inenvisageable. Pourtant, ces derniers jours, la star hollywoodienne et le Gabonais s’accusent mutuellement. Le premier, à travers son ONG, The Sentry, accuse dans un rapport publié en octobre dernier la filiale congolaise (RDC) de la structure dirigée par le second de verser dans le blanchiment et le financement du terrorisme. «Mensonge !», a récemment réagi le président-directeur général du Groupe de la Banque gabonaise et française internationale (BGFIBank) de passage à Kinshasa.

Il y a quelques semaines, The Sentry a publié un  Rapport intitulé «Les financiers du terrorisme : ou comment une banque liée au président congolais a permis aux bailleurs de fonds du Hezbollah de contourner les sanctions américaines». Dirigée par Selemani Francis Mtwale, le frère du président Joseph Kabila, la BGFIBank RDC est citée dans ce rapport, à l’instar d’autres sociétés affiliées au groupe Congo Futur. L’ONG lui attribue notamment des transactions pour le moins «douteuses» pour le compte du Hezbollah, non sans appeler à des sanctions ciblées de la part des Etats-Unis et de l’Union européenne. «Pour faire simple, le Hezbollah a accès au monde bancaire grâce aux manœuvres de la BGFIBank RDC», résume le site Afrique.lalibre.be

A la faveur d’une récente visite de travail à Kinshasa, dans un communiqué dont des extraits ont été rapportés par l’Agence de presse africaine (APA), Henry-Claude Oyima a regretté des «informations fallacieuses», avant de lever tous les doutes sur le fonctionnement du groupe bancaire dont il a la charge. «Notre Groupe, BGFIBank, est une institution financière internationale qui, en matière de lutte contre le blanchiment et de lutte contre le terrorisme, se conforme rigoureusement à la réglementation internationale en vigueur et utilise pour ce faire des outils adaptés de filtrage et de contrôle des opérations de transferts à l’international», s’est défendu le patron du groupe bancaire. Selon ce dernier, «ces outils de filtrage Swift, Fircosoft et Firco MultiList Manager sont agréés par (leurs) différents régulateurs et déployés au sein (de la) filiale BGFIBank RDC».