Réunis le 11 août à Libreville, «Les Mamboundouïstes» ont évoqué le financement des partis politiques. Ils proposent notamment l’abrogation de la loi interdisant le financement de formations politiques par les organismes extérieurs.

Les responsables de Les Mamboundouïstes à l’occasion d’une précédente sortie (Archive). © D.R.

 

Les Mamboundouïstes se sont retrouvés autour de leur président, Guy Constant Titus Koumba, le 11 août à Libreville. Au cours de cette session, ils se sont particulièrement appesantis sur la question relative au financement des partis politiques par l’Etat. Invoquant la tenue prochaine des élections législatives et locales couplées au Gabon, les membres de ce parti ont déploré le retard du paiement des subventions accordées aux partis politiques par l’Etat.

«Aujourd’hui, les Partis politiques n’arrivent plus à exister, de manière autonome, sans bénéficier du recours de l’Etat. Tout en sachant que les militants dans les différents partis ne cotisent pas toujours et les partis n’ont aucune activité génératrice des fonds», ont affirmé Les Mamboundouïstes.

Face à ce constat, les membres du parti ont interpellé les autorités sur la révision de la loi sur le financement des Partis politiques. Ils ont proposé à l’Etat de modifier les dispositions de la loi n°16/2011 qui interdisent le financement des partis politiques par les organismes extérieurs.