Invité par le Bureau de coordination du plan stratégique Gabon émergent, Cedric Mbeng Mezui, expert financier à la Banque africaine de développement (Bad), a animé une conférence sur les stratégies de mobilisation des financements dans un cycle de projet d’infrastructure, le 31 juillet à Libreville

Cedric Mbeng Mezui au cours de son exposé sur la mobilisation des financements des projets d’infrastructure, le 31 juillet 2018. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Le Bureau de coordination du plan stratégique Gabon émergent à organisé à l’intention des responsables administratifs, financiers, et chefs d’entreprises, le 31 juillet à Libreville, une conférence sur la mobilisation des financements dans un cycle de projet d’infrastructure.

Animée par Cedric Mbeng Mezui, expert financier à la Bad, la rencontre visait à promouvoir les mécanismes nouveaux pouvant aider l’Etat à mobiliser des fonds nécessaires pour le financement des infrastructures.

Selon Cedric Mbeng Mezui, une bonne mobilisation des financements passe par une meilleure structuration des projets. Elle s’appuie sur deux mécanismes nouveaux, le Blending et la modernisation du calcul économique.

Le Blending dont l’objectif est d’attirer des financements privés, consiste à combiner financements concessionnels et financements privés, afin de maximiser le volume de financement disponible pour une entité privée et réduire le coût moyen des financements.

La modernisation du calcul économique, qui est un instrument d’aide à la décision, sert quant à elle, à garantir un principe de proportionnalité et de cohérence entre les décisions prises et les enjeux collectifs clairement précisés.

Pour mettre en musique ces mécanismes, Cedric Mbeng Mezui a suggéré que soit élargie la base des investisseurs, à travers le développement des marchés locaux des capitaux, le renforcement des investisseurs institutionnels, et l’introduction de nouveaux produits d’épargne.

L’expert de la Bad à également suggéré le renforcement de l’expertise dans le développement des projets, la modernisation et harmonisation du calcul économique. Toutefois, sans une amélioration de la gouvernance économique, en visant une note de crédit de premier rang «Investment grade», la mobilisation des ressources restera étriquée.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga