UBA enregistre une croissance de 32% de son bénéfice avant impôts et déclare un solde de dividende de 0,002 US cents par action. Ci-après, le communiqué de United Bank for Africa (UBA).

Siège de l’United Bank for Africa à Lagos au Nigéria. © REUTERS/Akintunde Akinleye

 

Communiqué de presse

United Bank for Africa (UBA) Plc, le groupe panafricain des services financiers opérant dans 19 pays africains, a publié ses résultats annuels audités de l’exercice 2016, affichant une croissance significative des revenus et des bénéfices bruts, une preuve de résilience, de productivité améliorée et de diversification géographique évidente dans la contribution impressionnante de ses filiales africaines.

Le Groupe a enregistré une croissance impressionnante de 22% des revenus bruts qui s’établissent à USD 1,3 milliards au mois de décembre 2016, illustrant la capacité de la banque à accroître sa rentabilité en dépit de l’environnement macro-économique difficile. En plus de l’adoption croissante des canaux électroniques sur la plupart des marchés africains où UBA opère, la Banque s’est appuyé sur sa forte franchise et son empreinte géographique.

Comme le témoignent les résultats publiés le 24 mars 2017 à la Bourse du Nigeria au titre de la période de janvier à décembre 2016, le Groupe a enregistré une croissance significative de 32% du bénéfice avant impôts de USD 297 millions.  Le bénéfice après impôts de UBA a progressé de 22% pour s’établir à USD 237 millions. La performance a été soutenue par une croissance considérable à la fois des revenus d’intérêts et d’autres revenus, ainsi que l’augmentation des gains d’efficacité découlant des initiatives de gestion des coûts. Les filiales du Groupe UBA en dehors du Nigeria gagnent de plus en plus de parts de marché, renforçant ainsi la contribution forte et impressionnante des filiales au Groupe, estimée à un tiers du bénéfice de 2016 contre un quart au titre de l’exercice 2015.

Suite à cette performance impressionnante, le Conseil d’administration a proposé un dividende de 0,002 cents, sous réserve de l’approbation des actionnaires lors de la prochaine Assemblée Générale Annuelle prévue pour le 7 avril 2017 à Eko Hotel & Suites, à Lagos, au Nigeria. La Banque avait déjà versé un dividende intérimaire de 0,002 US. cents par action aux actionnaires, portant le dividende total de l’exercice 2016 à 0,0025 US cents par action, soit un rendement sans précédent de 13,9%, sur la base du cours du prix unitaire de US. 0.02 cents à la Bourse du Nigéria. Les résultats et l’offre de dividende justifient la confiance des investisseurs dans la banque, comme le témoigne la reprise de 20% en cumul annuel du cours de l’action depuis le début de l’exercice contre une perte globale de 5% du marché global au Nigéria au cours de la même période.

Dans ses commentaires sur les résultats, le DG du Groupe, Kennedy Uzoka, a exprimé sa satisfaction pour la résilience de la banque, en dépit des défis macroéconomiques dans un certain nombre de filiales du Groupe UBA. «Compte tenu de l’environnement d’exploitation en 2016, je suis très satisfait de notre rentabilité – une croissance impressionnante de 32% du bénéfice avant impôts qui s’établit à USD 297 millions – pendant que nous nous concentrons également sur les gains d’efficacité opérationnelle illustrée par la réduction de notre coefficient d’exploitation», a déclaré M. Uzoka.

S’exprimant sur ses perspectives pour l’exercice 2017, M. Uzoka a exprimé son optimisme, car les opérations panafricaines de la Banque gagnent de plus en plus de masse critique sur les marchés choisis. «En mettant en œuvre notre philosophie Customer First, nous abordons 2017 avec un réel optimisme, surtout que les perspectives restent positives sur bon nombre de nos marchés, où nous tirons profit de nos flux de revenus de plus en plus diversifiés. Nous réitérons notre engagement à offrir un excellent service à nos clients, tout en restant déterminés à créer un rendement supérieur et durable pour nos actionnaires».

Ugo Nwaghodoh, Directeur Financier du Groupe UBA, a déclaré que la Banque a gagné en efficacité dans ses opérations pour accroître la rentabilité. Il a confirmé que la Banque a connu une amélioration significative par rapport aux principaux indicateurs de performance, y compris une amélioration de la marge nette d’intérêts. «Nos résultats de 2016 reflètent le fort potentiel et la résilience de nos opérations. Le chiffre d’affaires et le bénéfice ont respectivement progressé de 22% et de 32%, malgré la stagflation au Nigéria, notre principal marché. Reflet d’une meilleure gestion du bilan et d’une meilleure extraction de valeur, notre marge nette d’intérêts a progressé de 40 pdb en glissement annuel à 6,7%», a noté le Directeur Financier du Groupe.

Il a également exprimé sa satisfaction face aux performances des filiales africaines du Groupe en dehors du Nigeria, qui ont contribué à hauteur du tiers des bénéfices du Groupe, ajoutant que la Banque continuera de tirer parti des offres innovantes pour accroître sa part sur les marchés respectifs. «Alors que nous exécutons avec diligence notre initiative Customer First, je suis particulièrement optimiste quant à l’avenir des opérations et à la création de valeur pour les actionnaires», a-t-il noté.

United Bank for Africa Plc est un groupe de services financiers de premier plan en Afrique subsaharienne, avec une présence dans 19 pays africains, ainsi qu’au Royaume-Uni, aux États-Unis d’Amérique et en France. D’une seule filiale créée en 1949 au Nigeria, la première économie d’Afrique, UBA est devenue un fournisseur panafricain de services bancaires et d’autres services financiers à près de 11 millions de clients à travers des canaux de service des plus diversifiés de l’Afrique subsaharienne : 632 agences, 1 750 GAB, près de 13 500 TPE et une solide plateforme bancaire électronique et mobile.

UBA est la première banque nigériane à faire un appel public à l’épargne, suite à sa cotation sur la bourse du Nigeria en 1970. Elle est également la première banque nigériane à émettre des Certificats Globaux de Dépôt (GDR). La Banque dispose d’une base très diversifiée d’actionnaires, y compris des investisseurs institutionnels étrangers et locaux ainsi que des actionnaires individuels.