La 4e édition du Forum international des femmes entreprenantes et dynamiques (FIED) a vu la participation à Abidjan (Côte d’Ivoire) de plusieurs gabonaises actives dans le domaine social, politique et entrepreneurial, à l’instar d’Estelle Ondo, la ministre de l’Egalité des chances et de la Décennie de la femme.

(De gauche à droite) Djelika Yeo, Estelle Ondo, Mariatou Koné et Sidonie Flore Ouwé, le 7 juillet 2018, à Abidjan. © D.R.

 

Du 6 au 7 juillet, s’est tenue dans la capitale ivoirienne la 4e édition du FIED, sous le thème «La femme, incubateur du développement». Plusieurs gabonaises œuvrant dans le domaine social, entrepreneurial et politique ont pris part à cette rencontre, à l’instar d’Estelle Ondo la ministre de l’Egalité des chances chargée de la Décennie de la femme et de Sidonie Flore Ouwé la présidente de la plateforme associative «Le Salon des femmes». Les deux participantes n’ont pas manqué, lors de cet évènement, de venter les efforts entrepris ces dernières années dans leur pays.

Pour Sidonie Flore Ouwé, c’est incontestable, «au Gabon, la condition de la femme s’est considérablement améliorée. On est parti de la mineure civile qui n’avait aucun droit, qui était sous tutorat de l’homme, à une citoyenne à part entière, qui a les mêmes droits que son époux». La responsable d’association n’en estime pas moins que des choses restent à faire, notamment dans la traduction dans les faits des nombreuses conventions internationales ratifiées par le Gabon, à l’instar de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW, en anglais). Elle souhaite l’adoption de lois nationales visant la fin des discriminations et l’épanouissement des femmes.

Des Gabonaises au 4e FIED. © D.R.

Si elle a également souhaité que davantage d’efforts soient entrepris dans le sens d’une meilleure protection de la femme au Gabon et à travers le monde, Estelle Ondo s’est réjouie de ce que des initiatives comme le FIED aient vu le jour. «Ce type de rencontres (…) sont de véritables opportunités de parler de nos expériences et des défis auxquels nous sommes confrontés, de tisser des relations d’affaires et de créer des partenariats constructifs pour le développement socio-économique de nos pays respectifs», a déclaré la ministre gabonaise. Le choix du thème de la 4e édition du FIED, selon elle, «démontre bien la position centrale que joue, ou que devrait jouer, la femme dans la société». «Pour moi, a-t-elle poursuivi, ceci signifie que le développement de nos pays dépend de nous, est fait par nous et passe par nous.»

La ministre et la présidente du Salon des femmes, ont reçu des mains de Mariatou Koné, ministre ivoirienne de la Femme, le Prix de la Femme entreprenante et dynamique.

A la faveur de la cérémonie de clôture du forum, Sidonie Flore Ouwé et Yéo Djélika, promotrice du FIED, ont signé une convention de partenariat. Leurs deux structures se sont engagées à rechercher des fonds pour financer des activités communes en faveur des femmes au Gabon et en Côte d’Ivoire.