Les travailleurs membres de la confédération syndicale Dynamique unitaire ont été empêchés de rassemblement le 1er mai 2017, par les forces de police au rond-point d’Awendjé dans le 3e arrondissement de la commune de Libreville.

Marche des travailleurs membres de la Dynamique unitaire le 1er mai 2017. © Gabonreview

 

La célébration distincte de la fête du travail par les membres de la confédération syndicale Dynamique unitaire le 1er mai dernier, n’a pas pu se faire sans la présence des forces de police. En effet, les éléments de force de l’ordre ont trouvé nécessaire de se faire inviter et de chambouler la programmation initialement prévue par les syndiqués pour dire «Stop à la violation des droits des travailleurs et des libertés syndicales : réhabilitez la Conasysed».

Le président de la Dynamique unitaire, Jean Remy Yama, fustigeant la posture des forces de l’ordre. © Gabonreview

«Cette fête du 1er mai est reconnue comme la fête des travailleurs. C’est le seul jour de grève à l’international où le travailleur n’est pas retenu comme absent, c’est-à-dire qu’il est payé. Vous avez ici la preuve qu’au Gabon la fête du travail ne doit pas se faire comme dans tous les autres pays», a déploré le président de la Dynamique unitaire, Jean Remy Yama.

Si pour le président de Dynamique unitaire, il y a des moments dans la vie de chacun où l’Homme doit avoir le courage de dire stop à toutes les dérives gouvernementales, pour les agents de force de l’ordre, le carrefour Awendjé et la date du 1er mai, n’était ni le lieu indiqué, ni le moment pour manifester cette posture. Toutefois, fidèle à ses principes «d’honneur, de dignité et de liberté», la confédération syndicale a décidé de hausser le ton pour dire non à la dissolution, illégale, par voie administrative et en violation des conventions de l’OIT,  la Conasysed légalement constituée ; au blocage de la carrière de l’agent public ; à l’augmentation des prix des taxes impôts la cherté de la vie. Exigeant du gouvernement l’ouverture de négociations sérieuses et responsables avec elle.

Les membres de la Dynamique unitaire demandent également la levée immédiate et sans condition de la mesure d’interdiction des activités de la Conasysed et le rétablissement des salaires des 807 enseignants suspendus avec restitution des sommes dues ; l’indexation du salaire au coût de la vie ; la mise en place d’un cadre légal de gestion de la main d’œuvre non-permanente ; l’organisation des élections professionnelles ou syndicales ; l’éradication de l’insécurité et l’arrêt de toute forme d’intimidation sur les leaders syndicaux ; la valorisation de la pension de retraite, conformément au nouveau système de rémunération et la paiement de l’indemnité des services rendus aux agents publics conformément à la loi 1/2005 ; le versement de la subvention à toutes les confédérations syndicales reconnues dont Dynamique unitaire ; la prise en compte et le respect du statut de leader syndical ; la réforme du Conseil économique et social ; le paiement des rappels de solde ; le paiement des droits aux agents des structures parapubliques et privées dont les déflatés de la CNSS, de Gabon poste, de Gabon télécom et les licenciés des sociétés pétrolières ; la libération des prisonniers d’opinion…