En marge des festivités de la Fête du travail célébrée le 1er mai, le président de la République, Ali Bongo, a honoré 49 travailleurs gabonais de la médaille d’or, au cours d’une cérémonie organisée le 4 mai 2017 à la présidence.

Le président Ali Bongo et son épouse Sylvia posant avec l’ensemble des récipiendaires, à Libreville, le 4 mai 2017. © Gabonreview

 

Pour démontrer la considération vouée aux travailleurs, et dans le prolongement des commémorations du 1er mai, Ali Bongo a rendu hommage à 49 récipiendaires de la médaille d’or, ayant totalisé entre 30 et 35 ans de service.

Face aux représentants des institutions, du corps diplomatique, syndicats et les membres du gouvernement, le chef de l’Etat a relevé le fait que cette cérémonie consistait à «célébrer le Travail». «Nous sommes réunis ce jour pour rendre l’hommage qu’ils méritent à des femmes et des hommes qui ont su, de longues années durant, glorifier cette valeur cardinale qu’est le travail», a-t-il déclaré. Il a en outre souligné qu’au moment où̀ la facilité et la licence prennent le pas sur l’ardeur et la responsabilité, la fidélité au métier, à l’ouvrage et au savoir-faire, doivent être dignement honorés. En le disant, le président de la République s’en est pris à ceux qui, selon lui, «peuvent sans état d’âme sacrifier l’avenir des enfants».

Au lauréats, il a déclaré que «vous êtes des phares dans les ténèbres du fanatisme syndical…, le symbole du vrai patriotisme…, vous êtes l’image vivante de l’engagement au service de vos entreprises respectives». Pour lui, ce qui est récompensé c’est l’engagement, l’abnégation, la passion, le dévouement, et le travail bien fait. «C’est le meilleur exemple que la République puisse offrir à sa jeunesse…», a déclaré Ali Bongo.

Le ministre du Travail et de l’Emploi, Eloi Nzondo, a quant à lui que cette distinction représente l’attention que le président de la République accordait à la ressource humaine, afin de parvenir à la réalisation d’un Gabon émergent d’ici à 2025. Il a également salué les chefs d’entreprises qui, malgré la crise, ne sont pas découragés dans leur engagement à la préservation des emplois et de la paix sociale. Eloi Nzondo a, de ce fait, réitérer l’engagement du gouvernement à demeurer à l’écoute des opérateurs économiques mais aussi, des responsables des organisations professionnelles des travailleurs en veillant à la véracité des motifs, afin de limiter les licenciements économiques.

Quant à la représentante des impétrants, Pascaline Tsaga, 30 ans de service au Centre national des œuvres universitaires (CNOU), elle a profité de l’occasion pour indiquer la nécessité d’intégrer la revalorisation des pensions des travailleurs du secteur privé dans la réflexion en cours et qui concerne les agents de l’Etat. Ces 49 travailleuses et travailleurs issus de 21 sociétés, qui ont bénéficié de ces honneurs républicains espèrent que leur retraite ne sera pas un « enfer».