Pour avoir tous les contours de l’exploitation du gisement de fer de Milingui près de Tchibanga, les parlementaires de la province de la Nyanga ont récemment sollicité des informations de la part du ministre des Mines.

Christian Magnagna, en compagnie des parlementaires de la Nyanga. © Ministère des Mines

 

Le développement du projet de fer de Milingui, le deuxième plus grand gisement de fer du Gabon après Belinga, devrait entrer dans sa phase de production effective en 2020. La signature d’un accord-cadre entre l’Etat gabonais et la société sud-africaine Havilah est intervenue le 2 décembre dernier à Libreville. Dans la province de la Nyanga, beaucoup s’interrogent sur les véritables retombées de ce projet pour les populations. C’est notamment le cas des parlementaires de cette partie du pays qui, le 12 mars, sont allés s’enquérir du contour de ce projet auprès du ministre des Mines.

Au regard de l’importance du projet et des promesses faites, il y a trois mois par les autorités gabonaises concernant ce gisement, les élus se sont particulièrement intéressés à ses avantages économiques pour Tchibanga et les autres villes de la province. S’ils n’ont pas manqué d’adresser, par l’entremise de Christian Magnagna, leurs remerciements au président de la République pour son intérêt pour leur province, ils n’ont pas moins interrogé le membre du gouvernement sur les retombées en termes d’emplois, surtout pour les jeunes de la province. Leurs préoccupations se sont également portées sur la préservation de l’environnement par l’exploitant.

Face à leurs différentes préoccupations, le ministre des Mines les a rassurés de ce que tout sera mis en œuvre afin que la province tire pleinement profit de ce gisement. Il a notamment assuré aux élus de ce que l’accord signé en décembre 2017, avec la société sud-africaine Havilah, entre dans le cadre de la matérialisation de la vision du président de la République en matière de stratégie nationale d’industrialisation, développée dans le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) visant à mettre en œuvre des pôles industriels régionaux.

Christian Magnagna les a également assurés de ce que l’accord de mise en valeur du gisement de fer de Milingui avec Havilah, s’est fait «dans le strict respect de la responsabilité sociétale des entreprises et des normes environnementales, qui devraient se traduire par la construction d’infrastructures sociales adéquates, l’employabilité des gabonais et la sous-traitance réservée majoritairement aux nationaux, l’approvisionnement en eau et en énergie des populations locales».

Au ministère des Mines, l’on affirme que le gisement de fer de Milingui comporte des réserves de l’ordre de 135 millions de tonnes, dont 18 millions de tonnes de DSO, minerai de fer de haute teneur (>50% de Fe).