Le ministère des Sports a récemment examiné l’état de conformité des fédérations nationales sportives. Un état des lieux ayant conduit la tutelle à ne pas renouveler l’agrément technique des instances en situation irrégulières. Elles ont d’ailleurs été privées de subvention de l’Etat.

Le tennis de table fait partie des deux fédérations dont la subvention de l’Etat a été suspendue. © club.fft.fr

 

Le ministre des Sports vient de prendre une mesure forte en instruisant aux fédérations sportives nationales de renouveler les bureaux de leurs organes respectifs. A travers cette décision, Nicole Assélé souhaite que les fédérations fassent coïncider la durée de leurs mandats (quatre ans, ndlr) avec deux olympiades.

C’est dans ce sens que le département ministériel a dressé un état des lieux des fédérations sportives, regroupées en trois catégories. La première regroupe les instances ayant mené leur processus électoral à terme : la Fédération gabonaise de handball (Fégahand), la Fédération gabonaise de cyclisme (Fegacy), la Fédération gabonaise de karaté et arts martiaux affinitaires (Fegakama), la Fédération gabonaise de basket-ball (Fegabab), la Fédération gabonaise de volley-ball, la Fédération gabonaise omnisports pour personnes handicapées, la

Fédération gabonaise de rugby (Fegar) et la Fédération gabonaise de boxe (Fegaboxe).

La deuxième catégorie, quant à elle, concerne les fédérations dont le processus électoral demeure suspendu. Il s’agit des fédérations de kick-boxing, de wushu, de taekwondo et de judo. La tutelle a pris des mesures conservatoires à l’encontre de ces instances. Notamment l’expédition des affaires courantes par les secrétaires généraux (wushu et de kick-boxing) et par leurs présidents (judo et taekwondo), jusqu’à la tenue de leurs élections.

Concernant la fédération de judo, le ministère a décidé de la mise sous tutelle pour les fonds provenant de l’Etat. Elle bénéficie par ailleurs d’un délai de trois mois pour se conformer à la loi. Par ailleurs, a soutenu la tutelle, ces fédérations «doivent impérativement boucler leur processus électoral d’ici à la fin mai 2017».

Dans le cadre de cette opération de vérification de conformité, une troisième catégorie a également été répertoriée. Celle-ci regroupe des fédérations ayant bénéficié de report de date de leurs assemblées générale électives. Il s’agit de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), dont le mandat expire en mars 2018, et la Fédération gabonaise d’athlétisme, dont l’élection est reportée en décembre 2017.

Une dernière catégorie est également mise en avant, avec les fédérations dont les instances n’ont toujours pas tenu leurs assemblées générales électives. Ce lot regroupe les fédérations de tennis sur court, de tennis de table, de golf et de natation. A leur endroit, la tutelle a tout bonnement décidé de ne pas renouveler leur agrément technique et, surtout, de les priver de subvention.