Privées d’agréments techniques et de subvention de l’Etat, les fédérations sportives nationales en situations irrégulières sont retombées dans les bonnes grâces du ministère des Sports. Les instances concernées et leur tutelle ont signé, le 1er août à Libreville, une nouvelle feuille de route censée asseoir leur partenariat à court et moyen terme.

Nicole Assélé pendant la réunion de clarification avec les responsables des fédérations sportives, le 1er août 2017 à Libreville. © D.R.

 

Plusieurs fédérations sportives en délicatesse avec le ministère des Sports ont eu droit à une période de grâce. C’est ce qui ressort de la réunion de clarification entre la ministre des Sports et les responsables des fédérations concernées, le 1er août à Libreville. En avril, en effet, la tutelle avait examiné l’état de conformité des fédérations nationales sportives

Un état des lieux ayant conduit au non-renouvèlement de l’agrément technique des instances en situations irrégulières. Elles avaient également été privées de subvention de l’Etat.

Les responsables de fédérations pendant la réunion. © D.R.

Le ministère des Sports semble donc avoir revu sa position en élaborant avec cinq instances fédérales, une nouvelle feuille de route censée asseoir leur partenariat à court et moyen terme. Il s’agit des fédérations de taekwondo, tennis de table, tennis sur court, kick-boxing et wushu.

En ce qui concerne la Fédération gabonaise de taekwondo, une nouvelle assemblée générale élective sera convoquée dans les 15 prochains jours, sur la base du collège électoral et des candidatures préalablement validés par les instances compétentes. Les mêmes dispositions et délais ont été accordés à la Fédération gabonaise de tennis de table ; dont les blocages tenaient beaucoup plus aux dysfonctionnements dus aux lenteurs administratives au niveau de la tutelle.

S’agissant de la Fédération de Kickboxing, il a été retenu que l’assemblée générale élective devrait se tenir le 15 novembre prochain. Entre temps, un nouvel appel à candidatures sera lancé au plus tard le 1er octobre prochain. Dans le même temps, le secrétariat général expédiant les affaires courantes de la fédération, réexaminera les statuts de l’instance. Il s’agira principalement d’ouvrir le collège électoral aux clubs, en plus des cinq ligues actuellement fonctionnelles.

Une situation quasiment semblable à la Fédération gabonaise de wushu où, là aussi, une assemblée générale élective se tiendra au plus tard le 15 novembre prochain. Là également, un nouvel appel à candidatures sera ouvert d’ici le 1er octobre prochain. En ce qui concerne le tennis sur court, dont l’assemblée générale élective s’est déroulée le week-end dernier, le ministère des Sports a pris acte de la réélection de Samuel Minko.

Par ailleurs, le ministère des Sports a souligné aux fédérations qu’elles sont désormais éligibles à la subvention de l’Etat. Elles y avaient été privées pour n’avoir pas organisé leurs assemblées générales électives dans les délais prescrits.