Prévu pour les 21 et 22 décembre à Libreville, le congrès extraordinaire du Front démocratique et culturel (FDC) a été annulé. Ce congrès devait entériner la fusion avec le parti de l’ancien Premier ministre Jean-François Ntoutoume Emane.

Le Congrès du FDC a été avorté ce jeudi 21 décembre à Libreville. © Gabonreview

 

Le congrès extraordinaire du Front démocratique et culturel(FCF), prévu pour le 21 et 22 décembre n’aura plus lieu. Le parti de Quentin Ben Mongaryas a annulé le rendez-vous de l’Hôtel Triomphal, où avaient déjà pris place militants et sympathisants tôt dans la matinée.

Aucune explication n’a été fournie aux militants.

«Nous sommes au regret de vous informer que le congrès est annulé pour des raisons d’ordre interne. Vous serez informés de la prochaine date arrêtée», s’est contenté d’annoncer le maitre de cérémonie.

Dans la salle, l’étonnement et l’incompréhension se lisaient sur le visage des militants. Personne ne pouvait expliquer les raisons de cette annulation, le jour même de l’ouverture du congrès. Le trouble était perplexe, surtout que le président du parti ne s’est pas du tout déplacé.

Très vite, les spéculations entre cadres du parti ont laissé échapper des informations qui expliqueraient l’annulation de ce congrès. Il se murmure que le président du parti se serait rétracté après avoir, aurait-il dit, reçu la visite des agents du B2 (Direction générale de la contre-ingérence) à son domicile.

Un revirement pas du tout du goût de nouveaux adhérents qui perçoivent, à travers ce geste, un manque de courage du président du parti qui avait pourtant réussi à rallier quelques grosses pointures de la classe politique.

En effet, ce congrès devait entériner d’adhésion au parti de Jean-François Ntoutoume Emane, ancien Premier ministre sous Omar Bongo. D’après les mêmes sources, ce dernier aurait négocié un accord avec le FDC, où il devait atterrir avec armes et bagages. L’ancien maire de Libreville devait notamment rejoindre ce parti avec les membres du Mouvement patriotique et démocratique pour la refondation de la République (MPDR), sa structure politique.

Relativement effacé de la vitrine des partis politiques animateurs de la vie politique dans le pays, le Front démocratique et culturel (FDC) tenait à renforcer sa stature, avec l’adhésion programmé de Jean-François Ntoutoume Emane, un acteur politique de premier plan. Le report sine die de ce congrès sonne-t-il pour autant le glas de cette fusion absorption du MPDR ? Les militants de ces deux partis s’interrogent sur les réelles intentions du président du FDC.

Auteur : Alain Mouanda