À l’occasion de son premier conseil d’administration tenu le 5 juin à Libreville, la Commission nationale de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture(FAO) a adopté son nouveau cadre organique et défini les projets à réaliser en 2018.

Le ministre de l’Agriculture Biendi Manganga Moussavou présidant les travaux du Conseil d’administration de la Commission de la FAO, le 5 juin 2018. © Gabonreview

 

La Commission nationale de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a repris ses activités, avec la tenue, le 5 juin à Libreville, de son premier conseil d’administration depuis dix ans.

Présidé par le ministre de l’Agriculture, Biendi Manganga Moussavou, ce conseil d’administration avait pour objectif d’adopter le nouveau cadre organique de la structure, examiner et adopter le financement ainsi que les projets retenus pour l’année 2018 dans le cadre du programme pays 2017-2022.

Les membres du conseil d’administration de la commission nationale de la FAO en travaux, le 5 juin 2018.©Gabonreview

Concernant les projets, ils sont destinés au ministère de l’Agriculture et à celui de la Pêche. Estimés à 28 millions de dollars, soit près de 16 milliards de francs CFA, ces projets s’articulent autour de l’utilisation des pesticides, la généralisation des places vertes sur l’ensemble du territoire, le renforcement de l’agriculture, la pêche et l’aquaculture.

Pour le ministre de l’Agriculture la tenue de ce conseil d’administration était devenue une impérieuse nécessité, d’autant qu’il vient «optimiser les relations entre la FAO et la République gabonaises dans les domaines de la pêche et l’agriculture», a affirmé Biendi Manganga Moussavou.

La Commission sera dirigée par Jean de Dieu Voga Moudoubou, nommé secrétaire général permanent.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga