Un corps appartenance certainement à Laurent Zué Allogo Mba, 58 ans, chasseur, disparu depuis quelque temps, a été retrouvé, adossé à un baobab et sans tête, dans la forêt de Mbafane, à une vingtaine de kilomètres de Yos, un village près de Bitam (Nord).

Chasseur et fusil Gabon

Selon des explications fournies à notre confrère l’Union du mercredi 23 avril 2012 par la brigade de gendarmerie de Siat-Gabon, cet homme, dont la tête n’a toujours pas été retrouvée, s’était rendu en fin du mois de mars dernier en forêt pour une partie de chasse. Il était à cette occasion accompagné d’un ressortissant camerounais. Ce dernier est pourtant revenu, depuis lors, en ville vendre le butin de la chasse avant de disparaître de la circulation avec un fusil de type calibre 12, appartenant à sieur Zué Allogo.

Entre temps, Zué Allogo Mba lui-même n’est pas revenu. Et personne dans son entourage, même pas son épouse et son compagnon de chasse, n’a pris le soin d’informer les forces de l’ordre et de sécurité de cette curieuse disparition.

C’est donc ainsi que ce sont d’autres personnes du voisinage qui vont constater et signaler la disparition de l’infortuné. Du coup, le commandant de brigade de gendarmerie de Siat-Gabon se rendra, le 15 avril dernier, au village Yos  où il ordonnera au chef d’organiser, sans délais, une battue dans la forêt incriminée.  Chose qui a été exécutée en vue de retrouver monsieur Zué Allogo Mba.

Ce sont de ce fait une dizaine de personnes qui se lanceront, le lendemain, dans la forêt et au bout de dix heures de recherche, elles feront une découverte horrible et macabre : le corps de Zué Allogo Mba, dans un état de décomposition très avancée était debout, adossé à un baobab, et sans tête.

Cependant, une autre source confirme plutôt que la tête était posée par terre, proche du corps debout.

Quoi qu’il en soit, cette découverte fut confirmée par les autorités judiciaires de la localité qui ont, elles aussi, fait une descente sur le terrain afin de constater. De ce fait, le procureur de la République près le tribunal d’Oyem avait demandé qu’un médecin légiste détermine les causes du décès de sieur Zué. Peine perdue.

Cette recommandation n’a pas été respectée et les restes de ce chasseur ont été ramenés dans son village Yos où il a été inhumé.

Une chose est cependant à noter, les chaussures que cet homme portait le jour de sa disparition ont été retrouvées dans sa maison. Du coup, de nombreuses questions se posent et orientent inéluctablement vers la thèse d’un crime rituel savamment orchestré par son entourage.

Si non, pourquoi l’épouse de cet homme n’avait-elle pas signalé sa disparition ? Comment ces chaussures ont-elles fait pour se retrouver à la maison ? Enfin la station debout pourrait laisser penser qu’il a été ligoté au baobab avant d’être décapité.