«Les forêts natales» de l’Afrique équatoriale atlantique s’exposent du 3 octobre 2017 au dimanche 21 janvier 2018 au musée du quai Branly – Jacques Chirac.

 

L’art du Sepik au Musée du Quai Branly du 27 octobre 2015 au 31 janvier 2016 (archives) © musée du Quai Branly

 

Près de 325 œuvres issues des pays de la région de l’Afrique équatoriale atlantique seront réunies pour la première fois, du 3 octobre 2017 au dimanche 21 janvier 2018 au sein de l’exposition intitulée «Forêts natales», du musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Ces œuvres sont constituées des statues reliées aux cultes domestiques des ancêtres, ainsi que des masques montrant les nombreux aspects des entités spirituelles qui interviennent dans le fonctionnement des sociétés

Le titre de l’exposition «Forêts natales» se réfère à la forêt équatoriale qui forme à la fois un cadre géographique et un environnement naturel où les œuvres en vedette sont originaires. Elles proviennent essentiellement du sud de la République du Cameroun et la République de Guinée équatoriale, la République gabonaise et l’ouest de la République du Congo.

Selon le directeur du département du patrimoine et des collections du musée du quai Branly – Jacques Chirac, ces chefs-d’œuvre, du 17ème au début du 20ème siècle, sont conçus pour montrer les décalages et les spécificités des formes et des arts de l’Afrique équatoriale de l’Atlantique, donnant un panorama de ses principaux styles artistiques à la manière de l’histoire de l’art «classique».