Intervenant dans l’émission Compléments d’Infos de Gabon 24, le 12 septembre, le directeur général adjoint de l’enseignement scolaire et normal est longuement revenu sur le programme de rénovation des établissements primaire et secondaire du pays.

Christian Louembet-Onguele sur le plateau de l’émission Compléments d’Infos, le 12 septembre 2018. © DR / Capture d’écran Gabon 24

 

Le directeur général adjoint de l’enseignement scolaire et normal a dressé le bilan du programme de rénovation des établissements primaire et secondaire du pays. «Nous avons déjà 471 salles de classes livrées sur l’ensemble des neuf bassins pédagogiques à travers le pays», a déclaré Christian Louembet-Onguele, s’exprimant dans l’émission Compléments d’Infos de Gabon 24, le 12 septembre.

© DR / Capture d’écran Gabon 24

Annoncé par le chef de l’Etat en août dernier, «ce plan de rénovation participe au rajeunissement des infrastructures scolaires, en plus de permettre aux jeunes scolarisés et leurs enseignants d’être dans les conditions les plus optimales d’études». Le programme repose sur trois mesures prioritaires. La première est la construction et l’équipement de salles informatiques. Les deux autres mesures concernent la rénovation de plus de 771 écoles primaires publiques et l’équipement en tables-bancs (170 000) pour l’ensemble des établissements primaire et secondaire du pays.

Si 471 salles de classes ont déjà été livrées, Christian Louembet-Onguele assure que «les dispositions sont prises pour augmenter la puissance de mise en œuvre de cette mesure, avec l’appui de l’Agence des grands travaux et des infrastructures et la Direction générale du budget et des finances publiques». S’agissant des tables-bancs, le directeur général adjoint de l’enseignement scolaire et normal a assuré que 80 000 unités ont été livrées.

«Durant la période de vacances, Olam a mis le pied à l’étrier pour qu’en début des cours, ce nombre soit plus conséquent. Et d’ailleurs, la livraison des tables-bancs se poursuit», a affirmé Christian Louembet-Onguele. Ce dernier a par ailleurs apporté des précisions sur l’aspect rénovation, à proprement parler, des établissements scolaires.

«Il ne s’agit pas seulement de mettre une simple couche de peinture : ce sont de gros œuvres. Et l’ANGTI qui est notre maître d’ouvrage délégué est très regardant sur le respect des normes en matière de travaux publics. En dehors de la peinture, nous avons des interventions au niveau du plafond, l’électricité, les latrines… c’est l’ensemble de travaux à réaliser pour mettre l’élève et l’enseignant dans les meilleurs conditions possibles», a expliqué le haut cadre du ministère de l’Education nationale.

Le programme de rénovation met également l’accent sur l’aspect sécuritaire qui, selon Christian Louembet-Onguele, englobe d’autres variantes au-delà des infrastructures.

«En matière de sécurité, il n’y pas d’action unique. Il y a d’abord la sensibilisation du personnel enseignant, des élèves eux-mêmes, et la nécessité de vérifier si tous les établissements sont dans des barrières. L’ANGTI est là-dessus, parce qu’il faut mettre des normes en matière sécuritaire ; mais également, amener les parents d’élèves à s’impliquer d’une façon ou d’une autre. Sans oublier la municipalité, en ce qui concerne notamment les débits de boisson à proximité des établissements scolaires», a-t-il conclu.