Cette application qui ambitionne de révolutionner «l’école de demain» permet de suivre la scolarité d’un enfant en temps réel depuis des terminaux (téléphones mobile, tablette ou ordinateur) connectés ou pas à internet.

Edouard Claude Gniagognienie Oussou présentant Scientia. © Scientia

 

Lauréat du prix Startupper de l’année par Total, et du grand prix de l’excellence, la plate-forme web intranet et extranet «Scientia» a officiellement été présenté le 3 février 2017, à l’espace PME en présence des ministres en charge de l’Economie numérique et celui du Commerce et des PME.

© Gabonreview

Cette solution a pour objectif principal de participer à la réduction du taux d’échec scolaire en favorisant aux différents acteurs (parents, professeurs, administration, etc.) le suivi au quotidien de l’évolution de la scolarité de chaque élève. Elle intègre au sein d’un même logiciel tous les champs de scolarité (notes, absences, sanctions, cahier de textes, exercices, agendas d’établissement, suivi pluriannuel, dossier scolaire…).

«Scientia commence depuis la maternelle et va jusqu’au lycée. Il permet aux parents de suivre en temps réel ce que font les enfants à l’école. Les parents n’ont pas forcément besoin de se connecter à internet, parce qu’ils reçoivent depuis leurs téléphones mobiles des SMS d’alerte par rapport aux notes que l’enfant a reçu, les cours suivis et les dates des prochains devoirs. Nous irons vers le gouvernement et vers les établissements privés pour leur présenter notre solution», a assuré son inventeur, Edouard Claude Gniagognienie Oussou.

Comment fonctionne Scientia?

Chaque membre de la communauté dispose d’un identifiant et d’un mot de passe qui lui permettent d’accéder au service de la plateforme selon les profils : personnel de direction, enseignant, élève, parent d’élève. Scientia met à disposition de chacun des acteurs, les outils les plus adaptés et les plus simples à utiliser quel que soit le contexte. Il est accessible depuis un smartphone ou un ordinateur via le lien : www. scientia.me et en saisissant le numéro de téléphone et le mot de passe.

«Les démonstrations qui ont été faite, montrent effectivement que cela répond à un besoin. Nous encouragerons ces jeunes à aller de l’avant pour que nous puissions effectivement changer de modèle. Aller vers un modèle plus performant», a déclaré le ministre en charge de l’Economie numérique, Alain-Claude Bilie-By-Nze.

En termes de sécurité des données personnelles que Scientia est censé recueillir et traiter sur son interface, et via les applications mobiles android, et IOS actuellement en phase finale de développement, Edouard Claude Gniagognienie Oussou assure que tout a été pensé pour ne pas permettre des fuites et des manipulations insidieuses de données sur cette plate-forme. «La base de données comme la plate-forme Scientia est hautement sécurisée. Ne peuvent avoir accès que les établissements qui sont partenaires. Et même les établissements partenaires n’ont accès qu’aux données qu’ils entrent eux-mêmes. Il n’y a que nous-mêmes les administrateurs qui avons accès à cette base de données», a-t-il précisé, assurant «signer une charte de confidentielle avec les établissements et le ministère de l’Éducation nationale».

La Scientia n’attend plus que l’adhésion du gouvernement et des opérateurs privés pour participer au défi de la résorption du taux d’échec dans le système éducatif gabonais.