Le Salon «Antô Business» s’est ouvert le 26 avril à Libreville. Jusqu’au 28 avril, cette rencontre va permettre aux participantes de cerner tout le dispositif nécessaire à l’émancipation et au renforcement de l’entrepreneuriat féminin.

Les panelistes du Talk «L’entrepreneuriat, une solution au chômage ?», à l’ouverture du Salon «Antô Business», le 26 avril 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

Dédiée à la promotion de l’entrepreneuriat féminin, le Salon «Antô Business» s’est ouvert le 26 avril à Libreville sous le thème «L’entreprenariat : véritable défi ou effet de mode ?». Initiatrice de cette rencontre, l’association Golden Women a saisi cette occasion pour égrainer les difficultés rencontrées au quotidien par les femmes entrepreneures.

«Selon les dernières statistiques de l’Agence nationale de la promotion des investissements, 28% des entreprises créés en 2017 ont été l’initiative des femmes. Si ce chiffre correspond à une augmentation par rapport à 2014, il traduit moins bien les nombreuses entraves auxquelles font face les femmes entrepreneures», a alerté la secrétaire générale de Golden Women.

Selon Manuella Eyoun, il n’est pas rare que les acteurs et partenaires participant à la réussite d’un projet sont moins présents lorsque l’entrepreneur est une femme. «Il s’agit là de la question la mieux partagée par les entrepreneures. A cela s’ajoute la question de l’accès aux prêts bancaires et autres sources de financement, freinant le développement du tissu entrepreneurial», a-t-elle déploré.

Manuella Eyoun lors de son mot de circonstance. Vues de l’assistance et de quelques stands. © Gabonreview

Le thème retenu pour la deuxième édition de ce salon va être abordé sous plusieurs angles. Autant de réflexions qui permettront de «comprendre la nécessité d’un projet, l’accompagnement de celui-ci, apprendre à développer son réseau professionnel et travailler au renforcement des capacités à travers les modules de formation», a souligné Manuella Eyoun.

Marraine de l’événement, la directrice générale de l’ANPI-Gabon a félicité l’association pour l’organisation du salon. Nina Abouna s’est également réjoui du partenariat avec Golden Women, en vue de promouvoir l’entrepreneuriat féminin. «Par le biais de l’association Golden Women, l’ANPI Gabon, qui a notamment en charge la promotion de l’entrepreneuriat féminin, rend opérationnel, sous la coordination du ministère en charge de l’Entreprenariat, l’accompagnement et la structuration du Women Business Center qui vient d’être lancé. Ceci pour inscrire un encadrement au profit des femmes», a-t-elle déclaré.

Selon la directrice générale de l’ANPI-Gabon, «les thèmes que vous aborderez et les formations qui seront animées durant ces trois jours permettront de mobiliser davantage d’entrepreneures, les soutiens dont peuvent bénéficier les femmes souhaitant entreprendre, de donner de bons conseils pratiques, etc.».

Cette première journée a été marquée par un premier Talk, «L’entrepreneuriat, une solution au chômage?». «Création d’entreprise et accompagnement : une relation nécessaire», «Les femmes entreprennent toujours dans les mêmes domaines : préjugé ou constat réel ?», «Les réseaux professionnels peuvent-ils être votre Business Partner ?», sont les panels d’autres Talks prévus sur les trois jours que durera le salon. Des formations et des expositions (stands) sont également au programme.