L’agence Atace Handi a organisé le 28 octobre à Libreville, une formation sur l’entrepreneuriat à l’endroit des personnes handicapées sur le thème : «Comment entreprendre à partir de rien ?».

Charly Tchatch entretenant les participants à la formation, le 28 octobre 2017. © Gabonreview

 

Une cinquantaine de personnes vivant avec handicap ont bénéficié d’une formation d’un jour sur l’entrepreneuriat. Initiée par l’agence Atace Handi, elle s’est déroulée le 28 octobre à la bibliothèque de l’Université Omar Bongo (UOB).

Cette formation a consisté à expliquer aux personnes handicapées les méthodes pouvant leur permettre de créer une activité génératrice de revenus. Selon le formateur, «le 1er niveau pour y arriver, consiste à avoir confiance en son potentiel et son talent. Parce que c’est en découvrant son talent qu’on saura quoi en faire».

© Gabonreview

Le deuxième niveau, a poursuivi Charly Tchatch, est de ne rien attendre de personne. «Les handicapés doivent savoir créer leur propre financement, gérer le peu qu’ils ont et le fructifier. Parce qu’ils ont du potentiel, Il ne reste qu’à le développer ou le capitaliser. Ce n’est qu’à ce titre qu’ils deviendront autonomes et pourront avoir une meilleure place dans la société», a-t-il expliqué.

Ayant reçu la participation  d’une cinquantaine de handicapés venus d’horizons divers, la formation vise, selon la directrice générale d’Atace Handi à «préparer les personnes en situation de handicap à devenir autonomes. Les sensibiliser, coacher et les aider à rechercher le potentiel qui est en eux et le développer en créant une activité génératrice de revenus».

Selon Béatrice Nzang, l’objectif à terme visé par la formation est «la constitution d’un réseau des handipreneurs d’Atace Handi. Celui-ci permettra, de mieux les suivre et les aider à être autonomes».

Une initiative appréciée par les bénéficiaires. «Cette formation est la bienvenue, elle m’a permis de comprendre qu’il faut oser, ne rien attendre de l’Etat ou de quelqu’un d’autre. Il faut rechercher les opportunités et les saisir quand elles se présentent», a lancé Arlette Andeme.

Pour sa part, Jérôme Angoue a estimé que la formation a été «bénéfique, d’autant qu’elle m’a permis d’apprendre à me débrouiller, chercher à découvrir mon potentiel ou talent et le développer».

Le directeur du cabinet du ministre des Petites et moyennes entreprises (PME), a loué l’initiative. Le thème de la formation répond, selon Guy Obain Bigoumou «à l’appui, à l’insertion et la réinsertion socioprofessionnelle, à la création de richesse et d’emplois, ainsi qu’à la lutte contre la pauvreté et le chômage».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga