Pour éviter d’éventuelles collisions dans l’exercice de leurs missions aussi complémentaires qu’identiques sur certains points, la ministre de l’Entreprenariat national et celui des Petites et moyennes entreprises (PME) ont eu, lundi 28 mai, une réunion de mise au point et d’harmonisation de leurs actions.

Carmen Ndaot et Julien Nkoghe Bekale, en réunion d’harmonisation, le 28 mai 2018. © Capture d’écran/Gabonreview

 

La ministre de l’Industrie et de l’Entreprenariat national, Carmen Ndaot, et son collègue des PME et de l’Artisanat, Julien Nkoghe Bekale, ont le souci de bien faire, mais surtout d’éviter d’éventuels télescopages dans l’exercice de leurs missions qui se rejoignent sur plusieurs points. Trois semaines après leur nomination à leurs postes respectifs, les deux membres du gouvernement ont tenu à accorder leurs violons à la faveur d’une réunion organisée le 29 mai, avec la participation d’experts des deux départements ministériels.

Pour Carmen Ndaot, il est évident qu’«on ne peut pas parler d’entreprenariat national sans parler de petites et moyennes entreprises». Aussi, la ministre a-t-elle estimé que la réunion avec son collègue venait à propos, d’autant que celle-ci visait à «harmoniser» les politiques des deux départements, tout en garantissant l’efficacité de leurs différentes actions. Soumis aux contraintes budgétaires, cette réunion d’harmonisation des ministères en charge des PME et de l’Entreprenariat visait enfin «la mutualisation des moyens» des deux départements.

Dans l’opinion nationale, certains estiment toutefois qu’on aurait pu mieux faire pour se prémunir d’éventuelles collisions entre les deux ministères. D’aucuns continuent, en effet, de penser que la réduction des ministres aurait été un meilleur moyen, qui aurait davantage permis de faire des économies, compte tenu du contexte actuel.