Lagos a abrité, du 13 au 14 octobre 2017, la troisième édition de l’entrepreneurship forum organisée par la Fondation Tony Elumelu. L’objectif étant de stimuler le développement économique et la transformation de l’Afrique par les jeunes «rêveurs et passionnés» du continent.

Le PCA de l’UBA, Tony Elumelu, et son hôte, le vice président du Nigéria le professeur, Yemi Osinbajo, le 14 octobre 2017. © Gabonreview

 

Jessica Medza, Allogho et Jérémie Nze sous le drapeau gabonais. © Gabonreview

Pour la troisième année consécutive, le drapeau du Gabon a flotté sur les parvis de l’université de Droit de Lagos, à l’occasion de la 3e édition de l’entrepreneurship forum organisée par la Fondation Tony Elumelu, du 13 au 14 octobre dernier.

Pendant deux jours, Jessica Medza, Allogho (artisan confiturier), Jérémie Nze (promoteur de site touristique), Patrick Arsene Ndong Aboghe (promoteur de pressing avec livraison), Koumba Christ Chanel (agrobusiness-man) et  Priscilla Linda Mouaragadja Omouendze (Santé) ont parachevé 12 semaines de formation en entreprenariat à travers des échanges, du réseautage, du partage de connaissances et des partenariats d’affaires transfrontaliers.

Aux côtés des 995 autres jeunes africains venus des 53 autres pays du continent, les ambassadeurs du Gabon ont bénéficié de cours magistraux sur les moyens traditionnels et alternatifs de financement, de vente et de marketing. Ils se sont dotés d’outils nécessaires pour réussir et se sont imprégnés des témoignages de success-stories qui boostent le PIB du continent.

«Les deux jours de forum aux côtés des centaines d’autres jeunes entrepreneurs ont été très bénéfiques et enrichissantes pour nous. Cela nous a permis de découvrir les différentes façades de l’environnement entrepreneurial, ainsi que les charges à affronter pour un projet abouti», a confié Jessica Medza, Allogho.

En effet, la vision du Programme d’Entrepreneuriat de Tony Elumelu à long terme est d’identifier et d’aider 10 000 start-ups en Afrique capables de créer au moins 1 000 000 nouveaux emplois et contribuer au moins à 10 milliards de dollars en recettes en Afrique sur une période de 10 ans.

 

L’un des cinq Gabonais, Koumba Christ Chanel levant trois doigts. © Gabonreview

«Notre jeunesse a besoin d’espoir économique. Il y a trop d’incertitudes, le futur étant désespérant, trop de jeunes africains immigrent pour un futur incertain. L’Africapitalisme est un modèle économique qui crée de l’espoir, de l’opportunité et des idées pour cette jeunesse africaine», a affirmé Tony Elumelu, le président du conseil d’administration de l’United Bank for Africa (UBA).

Pour le professeur, Yemi Osinbajo, vice-président du Nigéria, ces jeunes entrepreneurs sont les 1000 raisons pour que lesquelles l’Afrique se développera et parviendra à éradiquer la pauvreté et le chômage. «Vous êtes la respiration et l’énergie de ce continent. Nous savons que l’Afrique est prête à relever ce challenge», a-t-il affirmé, les exhortant au succès. «L’Afrique a besoin de vous. Vous devez réussir pour vous-mêmes et pour toute l’Afrique».