Total Gabon a été assigné en justice par l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) pour «entrave au droit de grève». La compagnie pétrolière a notamment remplacé ses employés grévistes par des travailleurs de sociétés extérieures.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Le bras de fer entre Total Gabon et ses employés a pris une nouvelle dimension avec une plainte de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep). Le puissant syndicat a assigné en justice l’opérateur pétrolier, ce 17 juillet, au tribunal de première instance de Port-Gentil, pour «entrave au droit de grève». Cette plainte vise également les sociétés EMTP, Spie Oil & Gas Service et Dietsmann.

Face à l’incapacité du directoire de Total Gabon d’apporter «des solutions sereines et idoines» à leurs préoccupations, l’Onep a lancé une grève de 15 jours, le 9 juillet dernier. Selon l’Onep, Total Gabon a fait entrave au droit de grève en contournant le mouvement d’humeur de ses employés.

«La substitution par la direction générale de Total Gabon des employés grévistes par les travailleurs de la société EMTP, Dietsmann et Spie Oil & Gas Service cause à ces derniers un trouble manifestement illicite que le juge des référés est appelé à faire cesser», a souligné l’Onep dans sa plainte.

Pour l’Onep, Total Gabon est coutumière du remplacement du personnel gréviste par la main d’œuvre de sociétés extérieures. Selon elle, les «(…) mêmes pratiques par le même Total Gabon, lors de la grève de l’Onep de décembre 2014, avaient occasionnées des pollutions marines et des casses des machines tournantes sur les sites Grondin, Torpille et Coucal», a rappelé le syndicat.

«La société aura beau se targuer de son droit de procéder à des remplacements, il n’en demeure pas moins que lesdits remplacements ne peuvent se faire qu’avec le personnel de Total Gabon et non des travailleurs externes. Or, la société Total Gabon ne saurait faire entrave à l’exercice du droit de grève de ses salariés, ni poser des actes portant atteinte à la liberté syndicale», a insisté l’Onep.