Ayant vu son dossier de candidature rejeté en juin, le directeur général sortant de l’Ecole normale supérieure de l’enseignement technique (Enset) ne décolère pas. Il estime ce mercredi dans une interview au trihebdomadaire Echos du Nord que la décision du conseil d’administration n’a pas été neutre et n’a pas respecté le principe de l’égalité des chances pour tous les candidats.

Le Pr Donatien Nganga Kouya, DG sortant de l’Enset, entend faire appel du rejet de son dossier de candidature. © Gabonreview

 

Ecarté en juin par le conseil d’administration pour n’avoir pas présenté son bilan, le Pr Donatien Nganga Kouya n’entend pas en rester là. Il va faire appel de cette décision, qu’il présente ce mercredi 18 juillet au trihebdomadaire Echos du Nord comme «une grossière mascarade». Le directeur général de l’Enset, candidat à sa propre succession, estime que son «dossier aurait dû être validé», d’autant que sa «candidature résulte de ce qu’étant la seule crédible de par le contenu». Il y voit un «acharnement» de la part du ministre de l’Enseignement supérieur et des autres membres du conseil d’administration qu’il accuse d’avoir violé la loi.

Si le Pr Donatien Nganga Kouya n’avait pas présenté son bilan comme exigé par l’arrêté 001/MESRS/CABM, ce n’était pas par défiance vis-à-vis de qui que ce soit, assure-t-il. Il ne voulait pas trop en faire. «En réalité, mon bilan était fondu dans mon CV (21 pages) et dans mon Projet de gouvernance institutionnelle (31 pages), pour éviter les redites. C’est à la lecture de ces deux documents que forcément le conseil aurait su et lu les efforts que j’ai consacrés tout au long de ma gouvernance», se défend-t-il, précisant que depuis neuf ans à la tête de l’Enset, il a pris part à quatre conseils d’administration présidés par le ministre de l’Enseignement supérieur et co-présidé par le ministre de l’Enseignement technique. A l’occasion de chacune de ces rencontres, il s’est toujours soumis à la présentation d’un bilan.

«Le dernier conseil s’est tenu le 17 décembre 2017, il y a six mois seulement. Qui peut donc croire qu’à cette date j’ai pu présenter un bilan et que je n’en sois plus capable six mois plus tard ?», s’interroge le DG sortant de l’Enset, qui continue de croire qu’«il n’y a pas eu neutralité et égalité des chances des candidats», lors du conseil d’administration du 27 juin dernier avec le ministre d’Etat Jean de Dieu Moukagni-Iwangou.