A deux jours du terme de la révision de la liste électorale, l’Union nationale (UN) appelle le gouvernement à prolonger l’opération au-delà des 15 jours prévus.

Zacharie Myboto (au 1er plan) et le secrétaire exécutif de l’UN Dr Minault Zima Ebeyard, le 26 juin. © D.R.

 

Démarrée le 15 juin, la révision de la liste électorale doit officiellement prendre fin le 29 juin prochain. Seulement, le délai de 15 jours accordé aux populations par le ministère de l’Intérieur est déjà jugé insuffisant par certains au sein de l’opposition, à l’instar de l’UN, qui appelle Lambert-Noël Matha à prolonger l’opération d’enrôlement des futurs électeurs.

La raison évoquée par Zacharie Myboto pour justifier sa demande, est la mobilisation et l’affluence constatées dans les différents centres d’enrôlement qu’il a visités mardi 26 juin à Libreville, Akanda et Owendo. Pour le président de l’UN qui s’est réjoui de ce que leur «message à été entendu» par les Gabonais, il a été observé dans plusieurs centres de révision des listes électorales à travers le pays «un engouement évident».

«Nos compatriotes prennent vraiment leurs responsabilités au sérieux, et ils se disent que c’est grâce à leur vote qu’ils vont pouvoir définir l’avenir réel de ce pays», a déclaré Zacharie Myboto, se disant peu convaincu de ce que les deux jours restants avant le terme de l’opération permettront aux populations désireuses de se faire enrôler d’y parvenir. D’autant que l’opposant, comme d’autres, a dit avoir relevé des couacs qui ralentissent l’opération dans certains centres.