Au terme d’un partenariat signé avec la Caisse de dépôts et consignation du Gabon (CDC), la société Engie va construire huit centrales solaires hybrides d’une puissance cumulée de 2,2 mégawatts.

Le ministre de l’Energie Pascal Eyogo Edzang, le directeur général de la SEEG, Marcelin Akendengue et le directeur de la CDC, Régis Bignoumba lors de la signature de l’accord sur la construction des huit centrales solaires, le 5 août 2018. © François Zima

 

En vue de doper son offre énergétique, le Gabon s’est attaché les services de la société Engie pour le déploiement de huit centrales solaires hybrides dans le pays. D’une capacité totale de 2,2 mégawatts, le projet découle d’un partenariat entre Caisse de dépôts et consignation du Gabon (CDC) et le groupe industriel énergétique français.

Concrètement, la solution permettra de recourir à l’énergie solaire dans huit localités actuellement alimentées par des centrales thermiques au fuel. Ce projet dont la construction démarrera dans quelques semaines, contribuera à la politique volontariste du Gabon d’avoir recours aux énergies renouvelables, solaire ou hydroélectrique. Objectif : renforcer les capacités énergétiques du pays.

Ce projet a été élaboré par la filiale d’Engie, Ausar Energy, en collaboration avec CDC, le ministère de l’Energie et la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). Ce projet permettra par ailleurs d’économiser un million de litres de fuel par an, soit 2600 tonnes de CO2, et de réduire les coûts de production de 30%.

Fondée en 2015, Ausar Energy propose sur le continent africain, une solution de centrale électrique solaire hybride, avec ou sans stockage, pour une gamme de puissance allant de 50 kilowatts à 2,5 mégawatts. La solution s’inscrit dans la stratégie du groupe Engie de favoriser la production et la distribution des centrales centralisées d’électricité à base d’énergies renouvelables et permettre aux localités non raccordées d’accéder à l’énergie.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga