S’inscrivant dans le cadre d’un ambitieux projet d’augmentation du taux d’accès à l’électricité en zones rurale, la ligne électrique Kango-Bifoun (74 km) a été inaugurée par le président Ali Bongo.

Ali Bongo procédant à la mise en marche du processus de distribution d’électricité au village Darlo, le 16 février 2018. © Gabonreview

 

Dans le cadre du projet de densification des réseaux électriques de distribution publique en zones rurales, le chef de l’Etat a inauguré, le 16 février, la ligne électrique entre Kango-Bifoun (74 km). Le projet s’inscrit dans le volet facteurs de compétitivité/infrastructures de base et développement durable du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE). Soit la concrétisation de la parole donnée aux populations, à en croire Ali Bongo.

© Gabonreview

«C’est tout simplement la parole donnée aux populations, qui m’avaient reçu il y a quelques temps et m’avaient exprimé leurs besoins. La leçon du jour est qu’il faut écouter sa population et son peuple. Je remercie les populations d’avoir été patientes pour nous laisser le temps de pouvoir trouver le modèle qui permet d’électrifier depuis le pont de Kango», a déclaré président gabonais.

Selon le chef de l’Etat, cette étape s’inscrit dans la première phase du projet qui doit s’étendre jusqu’à Mouila, dans la Ngounié. Celle-ci consiste à réaliser 550 kilomètres de réseau moyenne tension dans cinq provinces, permettant l’alimentation en électricité de 250 localités et villages. Mais aussi, les usines de transformation d’huile de palme de Kango et Mouila et, l’usine de transformation d’hévéa de Bitam (Olam Rubber).

Le chef de l’Etat s’est par ailleurs réjoui de la qualité de l’électricité aux populations, qualifiée d’énergie propre. «Tout ce que nous faisons au Gabon doit avoir ce label», a-t-il déclaré. Ce dernier a du reste adressé un message aux populations n’ayant pas encore accès à l’électricité : «Un peu de patience ça viendra !», a-t-il promis.

En plus de l’axe Kango-Bifoun, le projet va également toucher les linéaires Lambaréné-Bifoun (70 km), Lambaréné-Fougamou (85 km), Fougamou-Mouila (109 km), Oyem-Bitam-Batouri-Meyo Kyé (122 km). Par ailleurs, le projet est le fruit d’un Partenariat public privé (PPP) conclu en novembre 2015, entre le gouvernement et Gabon Special Economic Zone (GSEZ).