Le forum régional des acteurs non étatiques sur la stratégie devant être portée par les États du continent lors du rendez-vous de Paris s’est ouvert à Libreville le 21 juillet courant.

Les officiels au forum régional de la Société civile et des parlementaires panafricains © Gabonreview

Les officiels au forum régional de la Société civile et des parlementaires panafricains © Gabonreview

 

Réunis à l’initiative du Réseau des organisations de la société civile sur l’économie verte en Afrique centrale (Roscevac), les délégués des pays du continent et les représentants des institutions en charge du climat réfléchissent à Libreville sur le thème : «Climat-Développement-Croissance, économie et pauvreté». Il s’agit d’adopter une position commune, qui permettra d’obtenir des compromis dans les politiques de lutte contre les changements climatiques, avec l’objectif de «maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C».

Les participants au forum régional de la Société civile et des parlementaires panafricains © Gabonreview

Les participants au forum régional de la Société civile et des parlementaires panafricains © Gabonreview

Pendant cette rencontre prévue sur moins de quarante-huit heures, les différents panélistes devront dépasser les intérêts et comportements particuliers, rompre avec les discours et rester pragmatiques pour mieux affiner leur stratégie. Selon le représentant de l’Alliance panafricaine pour la justice climatique (Pacja), la science est claire et des solutions sont possibles. «Il faut que la communauté internationale oublie les politiques internes et fasse face à ce phénomène parce que l’urgence est là», a-t-il souligné. Il s’agira, pour les participants, à travers les cinq différents panels que sont «Déclaration + Feuille de route Cop21», «Climat – Recherche et Développement», «Climat et Financement», «Climat et Pauvreté» et «Climat – Développement – Croissance économique», de s’accorder sur des pistes de solutions capables de contrecarrer les impacts dévastateurs du réchauffement climatique.

Selon les scientifiques, le réchauffement planétaire pourrait s’accélérer au point de devenir incontrôlable, menaçant notre survie et tout ce que nous aimons. Pour parvenir à maintenir la hausse des températures en dessous du seuil dangereux, il urge de conclure des accords locaux, nationaux et internationaux. «Il est indispensable que la Cop 21 aboutisse en décembre à un accord à la hauteur du défi climatique. Notre objectif est de parvenir à une alliance de Paris, qui comporterait quatre objectifs, quatre piliers, notamment un accord universel et juridiquement contraignant, la présentation, avant même la Cop par l’ensemble des pays, de leurs contributions nationales, en anglais INDC, les actions exigeant des moyens financiers et technologiques, la mobilisation des acteurs non étatiques que sont les collectivités locales, les entreprises, les associations, la société civile que beaucoup d’entre vous représentent aujourd’hui», a souligné le premier secrétaire ambassade de France, Georges Goyon.