Cinq mois après sa dernière série d’emprunts obligataires, la direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor sollicite à nouveau le marché financier sous-régional pour la quête de 6 milliards de francs CFA.

© journaldunet.com

 

Après une brève pause depuis le début d’année, l’Etat a relancé sa course à l’endettement sur le marché financier sous-régional. Selon un communiqué du gouvernement publié le 3 mai dernier, un nouvel emprunt de 6 milliards de francs CFA a de nouveau été sollicité par la direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor, le 27 avril dernier. Soit 6000 titres pour une valeur nominale de 1 millions de francs.

Selon les caractéristiques de l’emprunt, «le remboursement intégral de cette somme a été fixé au 27 octobre 2017», peut-on lire dans le communiqué signé du ministre délégué à l’Economie et du ministre du Budget. «S’agissant du rendement, les intérêts seront précomptés sur la valeur nominale des bons», ont souligné Noël Mboumba et Mathias Otounga Ossibadjouo.

Les membres du gouvernement ont précisé, par ailleurs, que «les personnes physiques ou morales souhaitant acquérir ces titres doivent s’adresser à 13 établissements de crédits agréés comme spécialistes en valeurs du Trésor». Notamment : Afriland First Bank, Ecobank Cameroun, BGFI Gabon, Crédit du Congo, Ecobank Centrafrique, Union Bank Of Cameroon Limited, United Bnak for Africa Cameroun, Bicig, Société commerciale de Banque au Cameroun, Union gabonaise de banque et Standard Chatered Bank.

«Contrairement aux précédents emprunts, la somme empruntée devra être remboursée intégralement avant le 27 octobre 2017», ont ajouté les ministres. Toutefois, rien n’a filtré sur l’objet et l’utilisation de ces fonds. Dans tous les cas, il s’agit d’une cagnotte dont le pays a besoin pour surmonter la crise de trésorerie à laquelle il fait face depuis plusieurs mois…mais à quelle fin ? La question reste posée.

Reste à savoir si le montant souhaité sera entièrement recouvré. Une inquiétude d’autant plus fondée que les précédentes opérations du genre ont eu succès mitigé. Quoiqu’il en soit, d’autres emprunts devraient suivre tout au long de l’année. En 2017, en effet, le plafond des nouveaux engagements a été arrêté à 659 milliards de francs CFA. Il comprendra 559 milliards de francs d’emprunts extérieurs et 100 milliards de francs d’engagements intérieurs. Ces emprunts seront constitués de prêts extérieurs classiques et d’emprunts obligataires régionaux.