Etendus sur trois jours, les nouvelles solutions expérimentées sur l’axe routier Libreville-Akanda ont pris fin le jeudi 2 mars. Les conclusions de l’expérimentation initiée par le ministre de la Réforme de l’Etat pour réduire les embouteillages sont désormais attendues.

Embouteillage au carrefour Jiji (Angondjé), le 28 février 2017. © Gabonreview

 

Du 28 février au 2 mars, sur l’axe routier Libreville-Akanda, le ministère de la Réforme de l’Etat a mené une expérimentation avec l’aide du ministère des Transports et de la Logistique. Celle-ci visait à trouver des solutions au phénomène d’embouteillage sur ce tronçon, l’un des plus fréquentés du réseau routier de la province de l’Estuaire, notamment aux heures de pointe. Il s’est précisément agi de fermer le contournement du rond-point de l’aéroport, celui du carrefour de Jade, le rond-point de Pélisson à Okala et celui du carrefour Jiji à Angondjé. Trois jours après cette expérimentation ayant vu la présence du ministre Joël Pono Opape et les maires de la commune d’Akanda sur le terrain, de véritables solutions sont attendues par les riverains et les automobilistes empruntant ce tronçon.

© Gabonreview

Au ministère de la Réforme de l’Etat, on assure déjà que ces essais se devaient d’être menés pour le bien des populations, celui des usagers de la route, mais davantage «pour l’économie gabonaise», victime, selon Joël Pono Opape, des retards enregistrés dans l’administration publique depuis plusieurs années. Aussi, sur la base des observations faites sur le terrain, les services techniques du ministère de la Réforme de l’Etat et ceux du ministère des Transports se sont-ils proposés de rendre public, dans les prochaines semaines, un rapport dans lequel seront également consignées différentes propositions permettant de venir à bout du phénomène d’embouteillage sur l’axe Libreville-Akanda.

En attendant la transmission de ce rapport au chef du gouvernement, le ministère prévoie déjà d’étendre cette expérimentation dans les villes où les bouchons sont récurrents sur les routes. Pour l’heure, les automobilistes sont partagés. Certains regrettent l’absence d’une véritable campagne d’information et de sensibilisation liée à cette expérimentation. Beaucoup ont semblés surpris par le nouveau dispositif mis en place par les agents de la police nationale. Certains ont d’ailleurs opposé quelques résistances, après avoir été informés du détour qu’ils étaient contraints de faire à cause de la fermeture des principaux ronds-points de la commune. «Tout est une question d’habitude. Il finiront par comprendre que c’est fait pour leur bien, et s’habitueront à ce nouvel itinéraire, qui semble réduire les bouchons», a voulu croire un policier au carrefour Jiji à Angondjé.