A quelques heures de l’audience prévue ce vendredi 18 mai à la chambre civile du tribunal de première instance de Libreville, Gabonreview s’est brièvement entretenu avec la présidente du Mouvement des jeunes Upégistes, organe de l’Union & Solidarité, qui appelle Jean de Dieu Moukagni-Iwangou à quitter son poste de président exécutif dudit parti après son entrée au gouvernement, en violation du règlement intérieur.

Elza-Ritchuelle Boukandou, présidente du MJU. © D.R.

 

Gabonreview : Le 15 mai dernier, vous avez assigné à comparaître le président exécutif de l’US pour le contraindre à quitter son poste à la tête de votre parti politique. Etes-vous certaine que M. Moukagni-Iwangou se présentera demain à l’audience ?

Elza-Ritchuelle Boukandou : Il a été assigné, oui. Mais avec lui je n’ai plus aucune certitude.  J’étais sûre qu’il ne rentrerait pas au gouvernement, il y est.

Avez-vous confiance en l’appareil judiciaire qui a déjà fait ses preuves en matière de prise de parti pour le pouvoir et ses soutiens, parmi lesquels certains comptent désormais le président de l’US ?

Nous avons confiance en la rigueur de nos textes.

Officiellement, le parti US soutient la démarche de M. Moukagni-Iwangou. Si jamais vous gagnez votre procès, comment ferez-vous pour rallier à votre cause le gros des troupes ?

Le parti US ne soutient pas la démarche du président Moukagni-Iwangou. Nos textes sont clairs, c’est le congrès du parti qui fixe l’orientation politique. A ma connaissance, le congrès ne s’est jamais réuni pour décider que notre parti soit maintenant membre de la majorité gouvernementale.