Le ministre d’Etat en charge du Budget des Comptes publics a officiellement déposé sa candidature au poste de membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG), dans le 2e arrondissement de la commune de Port-Gentil.

Jean-Fidèle Otandault, annonçant sa candidature, le 17 novembre à Port-Gentil. © Gabonreview

 

Jean-Fidèle Otandault sera candidat ! Pourtant la veille, a-t-il assuré, à l’occasion d’une rencontre avec les responsables du PDG du 2e arrondissement de la commune de Port-Gentil, il ne voulait pas y aller. Non parce qu’il craignait d’être battu, mais parce qu’il aurait aimé qu’un autre militant se présente. Il l’aurait volontiers accompagné. Pourtant, Jean-Fidèle Otandault a bien déposé, ce vendredi 17 novembre, sa candidature à la Maison du parti. Le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, brigue le poste de membre du bureau politique (MBP).

Moments de la rencontre de Jean-Fidèle Otandault avec les PDGistes du 2e arrondissement de Port-Gentil. © Gabonreview

«Je vous le dis franchement, je ne voulais pas y aller. C’est vous, par vos messages, vos interpellations, vos conseils et votre soutien que je me suis résolu à présenter ma candidature pour ce poste», s’est-il adressé aux responsables du PDG de sa circonscription. Il a par ailleurs précisé qu’avant son dépôt de candidature, il a tenu à rencontrer, «en toute humilité», tous les militants susceptibles de briguer le poste, pour avoir leur accord. Ce qu’il a affirmé avoir obtenu sans beaucoup de difficulté.

Si Jean-Fidèle Otandault affirme aller serein à cette élection qui, on en doute, ne devrait être acquise à l’avance pour aucun des candidats en lice pour les différents postes de responsabilité au sein du parti, c’est parce qu’il compte sur ses diverses réalisations dans son fief électoral. Le membre du gouvernement n’a d’ailleurs pas manqué de le rappeler aux militants. «Je n’ai pas honte de le dire, j’ai un bilan. J’ai prouvé que je portais dans mon cœur cet arrondissement qui m’a vu naître, en œuvrant pour le bien-être de ses habitants, à travers plusieurs réalisations, d’abord en tant que directeur général du Budget et des Finances publiques, puis en tant que ministre d’Etat au Budget et aux Comptes publiques», a-t-il rappelé à ses «camarades». Parmi ces réalisations, la réhabilitation d’une quinzaine d’écoles dans toute la commune, la réhabilitation des voiries et des espaces sportifs, la construction d’une maison dédiée à la jeunesse de Port-Gentil.

«Il s’agit de projets que j’ai entièrement financés sur fonds propres», a tenu à préciser Jean-Fidèle Otandault qui n’a pas manqué d’évoquer un autre argument qui, a-t-il semblé espérer, jouera en sa faveur : «la confiance du distingué camarade», qui l’a nommé ministre d’Etat il y a quelques mois.

Il a par ailleurs assuré aux militants de la base, avec lesquels il a échangé, que les actions entreprises jusqu’à lors en faveur des populations de sa circonscription électorale et celles de la commune, ne s’arrêteront pas après l’élection, même s’il venait à perdre. Une élection dont il a souhaité qu’elle ne soit pas l’occasion de nouvelles querelles au sein du PDG, partout où celle-ci se déroulera tout au long de ce week-end.

«Il ne s’agit que d’une élection, qui plus est, une élection qui se déroule au sein de notre cher parti le PDG. Celle-ci se passe donc entre nous, et non contre un parti de l’opposition. Nous devons nous entendre et rester unis, tout en dépassant nos rancœurs en faisant l’impasse sur nos rancunes les uns envers les autres. Nous devons penser à l’avenir du PDG, et partant de notre pays. Ces élections des responsables du parti ne doivent pas être l’occasion de nouvelles dissensions