41 partis de l’opposition ont mis en garde le gouvernement, le 12 avril à Libreville, contre des prétendues manipulations et entraves dans l’organisation des élections législatives 2018 et la mise en place du Centre gabonais des élections (CGE).

Quelques leaders des 41 partis politiques de l’opposition. © Gabonreview

 

En prélude à l’officialisation de leur coalition, 41 formations politiques de l’opposition ont condamné l’attitude du gouvernement visant à ne pas organiser les prochaines élections législatives dans les délais requis. Tout comme ils ont dénoncé les croche-pieds dans la mise en place Centre gabonais des élections (CGE).

Le porte-parole du groupe des 41, Guy Nzouba Ndama. © Gabonreview

Pour les membres de ces partis politiques, il n’est plus question de se laisser manipuler par le pouvoir en place. «Pour mémoire, il incombait au gouvernement de créer les conditions de préparation et d’organisation des élections législatives au terme normal du mandat de la chambre des députés de la 12ème législature», a rappelé le porte-parole du groupe. «Contre toute attente, la communauté nationale et la communauté internationale, enregistrent des reports successifs décidés par la cour Constitutionnelle, subrogeant ainsi la souveraineté du peuple», a déploré Guy Nzouba Ndama, s’interrogeant sur la volonté réelle du pouvoir de mettre en place des institutions crédibles et légitimes.

© Gabonreview

Selon le groupe des partis de l’opposition, cette situation suggère qu’au regard des manipulations éprouvées et dénoncées, le gouvernement entrave sciemment le processus de mise en place du Centre gabonais des élections. De même, il s’affranchit depuis deux ans, de son obligation de procéder au renouvellement annuel de la liste électorale comme préalable à toute élection.

«L’opposition dénonce et condamne fermement les manœuvres dilatoires orchestrées par le gouvernement, dans le dessein inavoué de tronquer la représentation de l’opposition, en vue de créer une majorité factice au bénéfice du pouvoir en place, pour l’élection du futur président du CGE», a indiqué Guy Nzouba Ndama.