Ayant sillonné plusieurs provinces durant la précampagne électorale, la coalition formée par le Rassemblement héritage & modernité (RHM) et l’Union nationale (UN) a appelé les électeurs à infliger au parti au pouvoir «une correction démocratique» en vue de donner à l’opposition une majorité à l’Assemblée nationale et dans les localités.

Au cours de sa tournée nationale, la coalition RHM/UN a appelé à «donner une correction démocratique au PDG» aux prochaines élections. © D.R.

 

Effectuée durant plusieurs semaines à travers le pays, la tournée nationale du tandem RHM/UN, dans le cadre de la précampagne électorale comptant pour les législatives et les locales d’octobre prochain, avait pour but principal de mobiliser les militants et sympathisants des deux partis derrière ses différents candidats. L’objectif étant, selon Alexandre Barro Chambrier, de «solidifier le projet d’une véritable alternance démocratique et républicaine».

De la Ngounié au Woleu-Ntem, en passant par la Nyanga, l’Ogooué-Lolo, le Haut-Ogooué, l’Ogooué-Ivindo, l’Ogooué-Maritime, le Moyen-Ogooué et l’Estuaire, le président du RHM et son homologue Zacharie Myboto ont exhorté les populations à «tourner la page du PDG». Les deux leaders de l’opposition ont appelé les électeurs à «donner une correction démocratique» au parti d’Ali Bongo, dont ils n’ont pas su dire du bien.

Moments de la tournée de la coalition RHM/UN à Oyem et à Lambaréné. © D.R.

«Ces neuf dernières années prouvent à suffisance qu’Ali Bongo et les siens sont en panne et leurs priorités sont loin des préoccupations des Gabonais assiégés quotidiennement par les plaintes. Il est admissible que vous continuez à tolérer l’intolérable. Un pays ne se développe pas avec des maquettes et des projets quand l’argent est utilisé pour des futilités. On ne peut concevoir que les fonctionnaires de l’Etat soient clochardisés et traités comme des mendiants pour leurs droits, parce qu’un groupe d’hommes incompétents ne sait rien de la gestion des comptes publics et du budget de l’Etat. Nous avons obligation de les exclure de la gestion de notre destin et de celui de nos enfants. Ali Bongo a réussi à voler l’élection en 2016, nous n’allons pas les laisser, lui et ses satellites, nous voler une seconde fois la victoire à venir. L’unité du vote en faveur de l’opposition exprimée en août 2016 doit se confirmer les 6 et 26 octobre prochains», a notamment exhorté le président du RHM à Oyem, lors de la présentation des candidats aux populations du Woleu-Ntem.

A l’endroit des partisans du boycott, Zacharie Myboto leur a rappelé que «la politique de la chaise vide ne paie pas». «On a refusé d’aller aux élections en 2011, le résultat est là, Ali Bongo et ses amis ont voté des lois qui ont dilapidé les caisses de l’Etat, investissant dans la distraction alors que le peuple souffre», a expliqué le président de l’UN, selon qui, «ne pas prendre part à cette élection, c’est ouvrir un boulevard au PDG».

Dans toutes les localités où ils sont passés, les présidents du RHM et de l’UN ont appelé les électeurs à «refuser de laisser croire que le PDG est encore la solution aux problèmes qu’il a lui-même créés». «Donnez-nous la majorité et nous sortirons ensemble ce pays de l’ombre dans laquelle il se trouve depuis neuf ans», a demandé Zacharie Myboto aux populations de l’Ogooué-Maritime.