Le président exécutif d’Union & Solidarité (US) a échangé, le 22 septembre à Libreville, avec les candidats investis par le parti aux prochaines élections législatives et municipales. Objectif : remobiliser les troupes à 72 heures du démarrage de la campagne électorale.

Jean de Dieu Moukagni-Iwangou s’adressant aux candidats de d’Union & Solidarité (US), le 22 septembre à Libreville. © Gabonreview

 

A un peu moins de 72 heures du lancement de la campagne électorale des élections législatives et municipales, Union & Solidarité (US) a initié le 22 septembre à Libreville, une rencontre pour mieux préparer  ses candidats engagés dans ces échéances. «En pareille circonstance, la veillée d’armes est lieu où on précise les derniers réglages et harmonise les approches», a déclaré le président du parti.  «Cette rencontre participe de ses réalités-là. J’ai tenu effectivement à remobiliser les troupes la veille du départ et, ensemble, revisiter ce qui va être notre démarche», a déclaré Jean de Dieu Moukagni-Iwangou.

Ce dernier a rappelé à ses lieutenants le rôle déterminant du peuple lors de ces échéances électorales. «Nous allons chercher le mandat du peuple et pour ce faire, il faut être en phase avec de dernier. Il faut lui montrer que nous sommes dignes et capables de le représenter. Il faut lui faire une offre politique cohérente, qui donne les moyens de l’évaluation (…) Il est question ici de présenter les capacités à être à l’écoute du peuple et à traduire sa volonté à travers les lois», affirmé le président d’US.

Cette rencontre a également servi de cadre pour la relecture des idées de l’offre politique que le parti proposera au peuple. «A ce peuple, vous ne manquerez pas de rappeler que vous voulez être à la hauteur de sa représentation. A ce titre, je vous engage à décliner les mesures qui doivent vous permettre de mériter le mandat du peuple», a souligné Jean de Dieu Moukagni-Iwangou.

Parmi ces mesures, l’on peut citer le renforcement de la transparence (à travers le procès-verbal vidéo) ; la représentativité proportionnelle du peuple à l’Assemblée nationale ; une loi d’amnistie pour réconcilier les Gabonais avec eux-mêmes ; la protection des équilibres environnementaux. A cela s’ajoute la garantie des minima sociaux au bénéfice des populations économiquement faibles ou encore, la sécurité alimentaire.

«Je veillerai personnellement à la traduction de ces prescriptions, parce que ce sont celles-là qui touchent les Gabonais, ce sont celles-là qui font gagner. Notre fusée qui va amorcer le décollage, n’a pour seule ligne d’arrivée que la victoire, l’Assemblée nationale : je vous y attends. Sûrs et certains que notre aspiration va rencontrer l’assentiment du peuple, persuadés que notre choix est celui du peuple, nous méritons de le représenter», a conclu Jean de Dieu Moukagni-Iwangou.