Relevant des irrégularités dans le processus en cours devant aboutir à l’élection du bureau exécutif de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), Blanchard Andoume a souhaité son annulation ; plaidant plutôt pour la mise en place d’un comité de normalisation qui sera chargé d’établir «un processus électoral transparent et crédible».

© radio-canada.ca

 

Candidat à la présidence de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), Blanchard Andoume souhaite l’annulation du processus en cours de l’élection du bureau exécutif de la fédération, prévue le 31 mars prochain.

Invoquant l’illégalité d’un congrès extraordinaire convoqué par la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), le 10 mars prochain, Blanchard Andoume a demandé l’annulation de cette rencontre dans un courrier adressé au président de la Fégafoot, le 20 février. A travers ce recours, le candidat à la présidence de la Fégafoot a fait des «remarques préjudicielles quant au respect des textes en vigueur et la validité de l’objet dudit congrès extraordinaire».

Le candidat Blanchard Andoume. © D.R.

Le congrès convoqué par Pierre-Alain Mounguengui porte sur la mise en place de la commission électorale et de la commission de recours et désignation d’un comité de normalisation. S’appuyant sur les statuts et le code électoral de la Fegafoot, Blanchard Andoume a affirmé que «la convocation du 10 mars est une entorse flagrante aux dispositions du code électoral». Selon lui, l’élection du comité exécutif de la fédération étant prévue le 31 mars, la mise en place de la commission électorale chargée de l’organisation du scrutin, aurait dû se faire au plus tard le 1er octobre 2017.

Dans son recours, le candidat à la présidence de la Fégafoot a également insisté sur la nécessité de respecter la loi. «Nous ne comprenons pas qu’un congrès extraordinaire soit convoqué afin de procéder à la mise en place de la commission électorale et de la commission de recours, 21 jours avant l’élection du comité exécutif de la Fegafoot», a déploré Blanchard Andoume.

En effet, l’article 28 des statuts de la Fégafoot dispose que la question de l’élection des membres de la commission électorale relève de la compétence du congrès ordinaire qui doit l’élire lors de l’assemblée générale ordinaire de la Fégafoot, précédent de six mois minimum l’assemblée générale élective du comité exécutif.

Autant d’éléments ayant emmené Blanchard Andoume à demander au président de la Fégafoot d’«annuler purement et simplement» l’organisation du congrès extraordinaire du 10 mars. Il a également invité Pierre-Alain Mounguengui à mettre en place «(…) un comité de normalisation qui sera chargé d’établir un processus électoral transparent et crédible».