Le ministre délégué à l’Education nationale, Joseph Moundziegou a pris part du 5 au 6 mars 2018, à Paris, au colloque international sur l’Éducation et la protection de la petite enfance (EPPE).

Le ministre délégué à l’Education nationale, Joseph Moundziegou au colloque international sur l’Éducation et la protection de la petite enfance (EPPE). © D.R.

 

Sur invitation de la Commission nationale française de l’Unesco, et en qualité de pays assurant la présidence de la Confemen, le Gabon a participé du 5 au 6 mars dernier à travers son ministre délégué à l’Éducation nationale, Joseph Moundziegou au colloque international sur l’Éducation et la protection de la petite enfance (EPPE).

Ce symposium réunissant les spécialistes de la petite enfance, médecins, chercheurs, enseignants, décideurs politiques, membres des familles, etc., visait à promouvoir une meilleure compréhension des pratiques liées à l’éducation et à la protection de la petite enfance.

© D.R.

Pendant vingt-quatre heures, les participants ont traité de quatre thèmes : santé, bien-être et éducation ; curriculum, pédagogie et évaluation, rôle et synergie entre les parents, les communautés et les enseignants, défis de l’inclusion et de l’égalité des genres.

De l’avis des 150 participants, la rencontre de Paris a permis de mettre en lumière le pouvoir de transformation de l’EPPE. Il s’agit surtout de voir comment l’EPPE peut aider à lutter contre les inégalités, les discriminations et la violence ; à promouvoir la cohésion sociale.

«L’attention portée à la petite enfance peut aussi aider à construire des sociétés plus égales et inclusives, en offrant aux enfants exclus et défavorisés un solide fondement en vue de leur apprentissage tout au long de la vie, durant toute leur vie. Il est donc fondamental d’investir dans l’EPPE», a estimé Joseph Moundziegou.

Le colloque international de Paris soutient la mise en œuvre de la cible 4.2 des objectifs de développement durable (ODD) sur l’EPPE et s’adresse aux décideurs, aux responsables gouvernementaux, aux chercheurs, aux professionnels et aux organisations internationales.