Annoncé partant pour les Jeux olympiques (JO) avec la sélection gabonaise, Bruno Ecuélé Manga ne participera finalement pas à cette compétition. Alors que nous publions hier que le défenseur gabonais avait été libéré par son club il semblerait en fait qu’il n’en est rien.

Gabonreview.com - Ecuélé Manga au FC Lorient - © Panoramic

En effet, face à la réticence du FC Lorient à libérer son défenseur axial, une mission gabonaise conduite par Placide Xavier Bourdette et Mamadou Oumar, respectivement vice-président de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) et agent comptable du ministère des Sports, s’est rendue en France, le 20 juillet dernier. A l’issue de cette rencontre avec les dirigeants du club français, la partie gabonaise a annoncé que Lorient avait donné son aval pour que son défenseur central participe aux JO de Londres.

«Les entretiens se sont déroulés dans un esprit de convivialité et de respect mutuel. Nos émissaires ont fait comprendre à leurs interlocuteurs le bien-fondé de la présence de Bruno à Londres. Ils ont été sensibles aux arguments présentés (…) Je peux donc vous informer que Bruno Ecuélé Manga rejoindra Newcastle», indiquait d’ailleurs une source proche du dossier, cité par le quotidien L’union et repris par Gabonreview et de nombreux autres médias. Mais pourquoi ce revirement ?

Il semblerait en fait que la partie gabonaise soit allée un peu vite en besogne. Les dirigeants de Lorient FC, notamment le directeur général du club, Serge Aréguian, auraient signifié à la partie gabonaise lors de leur entretien, que la proposition de libérer le défenseur gabonais était à l’étude. Une lueur d’espoir qui s’apparentait en fait à un refus «poli». Car on imagine mal le club s’accorder du temps de réflexion alors que le Gabon devait entrer en lice aux JO dans les cinq jours à venir.

Or, en annonçant dans la presse que Lorient a libéré Ecuélé Manga alors que le club français ne s’est pas officiellement prononcé sur la question, les autorités gabonaises (la Fédération gabonaise de football et le ministère des Sports) se sont tirées une balle dans le pied, puisque les Merlus ont catégoriquement réfuté cette information.

Peut-être les émissaires gabonais se sont-ils dit qu’en publiant l’information selon laquelle Bruno Ecuélé Manga ira à Londres, Lorient FC, sous pression et pris à contre-pied, donnerait finalement son aval. Mais c’était mal connaître les dirigeants français, qui rappelons-le, ont tous les droits sur le joueur dans ce genre de situation. En effet, un club de football peut refuser de libérer un de ses joueurs convoqués pour les JO, si celui-ci à plus de 23 ans.

Ce désagrément traduit surtout le manque de discernement ou de tact des émissaires gabonais et peut-être même, leur incapacité à régler cette affaire. Au fait, quel était le bien-fondé de la présence du trésorier du ministère des Sports dans cette délégation ?