Forte de 44 apprenants choisis parmi plus de 1000 candidats, et bénéficiant du soutien de l’ambassade de France au Gabon et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Ecole 241, une université gratuite spécialisée dans les métiers du numérique, a officiellement ouvert ses portes mardi à Libreville.

Le ministre de la Jeunesse Arnaud-Calixte Engandji-Alandji, procédant à l’inauguration officielle, le 27 novembre 2018. © Gabonreview

 

Ça y est ! Après deux ans de préparation ayant abouti à la signature, en juin dernier, d’un protocole de financement entre l’incubateur Ogooué Labs et l’ambassade de France au Gabon, l’Ecole 241 a officiellement ouvert ses portes ce mardi 27 novembre à Libreville. Cette inauguration officielle à laquelle a pris part le ministre de la Jeunesse Arnaud-Calixte Engandji-Alandji intervient une vingtaine de jours après le lancement, le 1er novembre, de «la prairie», un test intensif prévu pour durer quatre semaines. Les «apprenants» bénéficieront en tout de 7 mois de formation, jusqu’en avril 2019.

Moments de la cérémonie d’inauguration, le 27 novembre 2018, à Libreville. © Gabonreview

Ayant consenti à accompagner financièrement cette structure, dans le cadre du programme Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (Piscca), l’ambassadeur de France au Gabon n’a pas caché  sa satisfaction quant au lancement effectif des enseignements. Philippe Autié a notamment dit apprécier que l’Ecole 241 offre, grâce à son partenaire technique Simplon, représenté lors de la cérémonie d’inauguration par Bouna Kane, son directeur Afrique, «une formation diplômante adaptée aux besoins du secteur privé». Le diplomate français n’a d’ailleurs pas manqué d’assurer du soutien de son administration à l’incubateur Ogooué Labs, en vue de la promotion de sa démarche et de son produit auprès des entreprises du secteur privé.

«Il est important pour nous de soutenir un acteur tel qu’Ogooué Labs, qui regorge de talents et d’idées au sein d’un écosystème composé de structures plus importantes, plus institutionnelles et donc moins flexibles», a justifié Philippe Autié.

Présentée par Boubacar Noumansana, directeur-représentant régional de l’OIF pour l’Afrique centrale, comme «la première fabrique de la société Simplon au Gabon, qui se distingue par l’utilisation de la pédagogie inversée», l’Ecole 241 est répartie pour cette première cuvée en 2 classes : développeur web mobile et référent digital. Pour son fondateur, Sylvère Boussamba, cette structure est une «université gratuite en phase avec nos réalités [et] promettant 100% d’insertion sociale».

Bouna Kane n’a d’ailleurs pas manqué de renchérir, en indiquant qu’ayant formé plus de 3000 personnes à ce jour sur le continent, «l’identité de Simplon, c’est l’insertion sociale des apprenants».