L’Union européenne a consenti 12,8 millions d’euros pour la poursuite du programme de préservation de la biodiversité et des écosystèmes fragiles en Afrique centrale (Ecofac 6).

Signature d’accord de financement entre l’Union européenne et l’Agence nationale de la protection de la nature. © Gabonreview

 

L’Union européenne a renouvelé le 18 avril son engagement en faveur du programme Ecofac 6, à travers la signature d’un avenant à ce programme en cours avec l’Agence nationale de la protection de la nature (ANPN), à hauteur de 10 millions d’euros. Cet avenant est doublé d’un contrat de 2,8 millions d’euros pour la poursuite des activités de gestion dans les Parcs de la Lope, Waka et Mayumba pour l’année 2018 en partenariat avec l’ANPN.

«Poursuivons tous ensemble nos efforts en regardant vers l’objectif commun d’une gestion soutenable du patrimoine et des aires protégées d’Afrique centrale, car comme le dit un proverbe du Gabon : un seul doigt ne lave pas la figure», a indiqué l’ambassadeur de l’Union européenne, Helmut Kulitz.

Ces accords ont été signés au terme de la première session du comité de suivi régional du programme Ecofac 6, couvrant sept pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) : le Cameroun, le Congo, le Gabon, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad. «Les recommandations issues de ces assises vont orienter les pas des différents acteurs d’ici la tenue du 2e comité de suivi régional Ecofac 6», a assuré l’ambassadeur de l’Union européenne, Helmut Kulitz.