À la faveur d’un communiqué paru le 26 février, le ministre de l’Economie Régis Immongault Tatangani, a sommé les importateurs, producteurs et distributeurs d’eau en sachets de les retirer du circuit de distribution et commercialisation.

La vente d’eau en sachets, interdite au Gabon (illustration). © Photos-afrique.fr

 

Le ministre de l’Economie vient de sonner la fin de la vente de l’eau en sachets sur l’ensemble du territoire national. Par le biais d’un communiqué paru le 26 février, Régis Immongault Tatangani a exigé le retrait sans délai de ces produits dans le circuit de distribution et commercialisation.

Dans son communiqué, Régis Immongault Tatangani rappelle aux operateurs que la vente de ces produits est soumise à «l’obtention des autorisations de mise sur le marché et de mise en consommation délivrées par la direction générale de consommation et de la concurrence (DGCC), conformément entre autres, à l’arrêté fixant les conditions de transport et de conservation des produits et denrées alimentaires (…)».

Pour être en conformité avec ces dispositions, le ministre de l’Economie a exigé les opérateurs de «retirer sans délais les eaux du circuit de commercialisation et de distribution, sous peine de se voir appliquer les sanctions prévues par les textes en vigueur».

Dans le même élan, la DGCC a été chargée de veiller à la mise en œuvre de la mesure. Par ailleurs, un numéro vert, le 8085, a été mis à la disposition de toute personne souhaitant signaler à la DGCC la présence des eaux incriminées sur le marché national.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga