L’affirmation des engagements de la Société d’énergie et d’eau du Gabon, la préparation du futur, et son avenir ont constitué les principaux points abordés par le directeur général, Antoine Boo lors du point-presse tenu le 20 mars à Libreville.

Le directeur de la SEEG, Antoine Boo, entouré de ses collaborateurs lors du point presse, le 20 mars 2017 à Libreville.© Gabonreview

 

Quelques jours après la prorogation de 5 ans de la concession de la SEEG par l’Etat, le directeur général a tenu un point-presse. L’échange organisé par Antoine Boo avait pour objectif, «de lever tout équivoque, expliquer à l’ensemble de la population gabonaise et des partenaires les efforts consentis par la SEEG et l’Etat tout au long des 20 ans de concession, pour améliorer les services dans la distribution d’électricité et de l’eau au Gabon, ainsi que de définir les perspectives», a-t-il expliqué.

A cet égard, l’affirmation des engagements, la préparation du futur et assurer l’avenir ont constitué trame de la communication du patron de la SEEG.

Concernant l’affirmation de ses engagements, Antoine Boo a affirmé que «la SEEG a fourni d’efforts considérables dans l’accroissement de la capacité de production d’eau et d’électricité de 1997 à 2012. Un taux de desserte de 89,3% en électricité contre 92,2% en eau ont par exemple été atteint», s’est-il félicité.

En matière d’investissements, la SEEG a consenti, selon Antoine Boo, «361 milliards francs de 1997 à 2016. Soit 255 milliards de francs dans le domaine de l’électricité et 106 milliards dans le domaine de l’eau».

La répartition des revenus engrangés par la SEEG a également été abordée grâce au chef du département finances et comptabilité. A en croire Erwan Rouxel, «les 2,2 milliards cumulés de chiffre d’affaires sur la période de 20 ans de concession ont été réaffectés, quasiment à l’économie gabonaise. Les actionnaires n’ont perçu durant cette période qu’une somme de 70 milliards de francs ; soit 3,2% du chiffre d’affaires. 56,9% sont revenus aux parties prenantes : fournisseurs et prestataires. 20,2% ont été consacrés à l’investissement. Alors que 16,9% ont été destinés aux collaborateurs».

Des taux qui prouvent que «la SEEG est une entreprise citoyenne qui joue un rôle moteur dans le fonctionnement l’économie gabonaise», s’est réjouît Erwan Rouxel.

Sans se contenter de ces chiffres, les responsables de la SEEG ont promis de fournir encore d’efforts pour améliorer la qualité de services dans le futur. La société entend ainsi améliorer l’accueil des clients, accélérer la transformation digitale et le payement par téléphone.

En termes d’accroissement de capacité de production de l’eau et de l’électricité, la SEEG compte, en attendant l’aboutissement des études, construire une grande usine à Ntoum et à Kango. De même qu’elle compte augmenter la capacité de production à Mouila, Lambaréné, Port-Gentil et dans bien d’autres localités du Gabon, a rassuré Antoine Boo.

Pour un avenir radieux, la SEEG projette, a expliqué Antoine Boo, se «réorienter sur les sujets de grande importance, grâce à la relance de l’effort d’investissement. Dans le même élan, elle entend former et embaucher dans les prochains mois près de 600 jeunes gabonais pour renouveler son personnel.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga