Décidés à être rétablis dans leurs droits, les agents du ministère de la Forêt se sont constitués en syndicat.

La façade du ministère de la Forêt. © Gabonreview

La façade du ministère de la Forêt. © Gabonreview

 

Motivé par l’absence de syndicat au sein de leur administration, le Collectif des agents du ministère de la Forêt (CAM) a tenu, le 11 mai dernier à Libreville, une assemblée générale constitutive du Syndicat national des ressources naturelles (Synagren). «Nous avons besoin d’une structure syndicale pour défendre solidairement et efficacement nos droits socio-professionnels», a lancé le secrétaire général du CAM. «Arrêtons de subir et d’être spectateurs face à nos problèmes socioprofessionnels ! Soyons acteurs actifs de la résolution de ces problèmes, par l’aboutissement des revendications (…) pour la transformation significative et durable de nos conditions de vie et de travail dans le respect des lois et règlements en vigueur», a poursuivi Pierre Migolet.

En effet, plusieurs points sont, d’ores et déjà, inscrits au titre des revendications du collectif. L’on peut citer, pêle-mêle, la création d’une régie de recettes de l’administration des Eaux et Forêts, l’institution d’une prime de risque et d’indemnités d’astreinte liées au statut paramilitaire, le paiement des reliquats de la prime de rendement de l’année 2014 et de la Prime d’incitation à la performance (PIP) du troisième trimestre 2014, la mise en place d’un nouveau système de rémunération de l’agent public, l’augmentation des salaires et de la pension retraite ainsi que le paiement de l’indemnité des services rendus aux fonctionnaires admis à la retraite. A ces points s’ajoutent, le paiement des rappels de soldes, la régularisation des situations administratives (recrutement, avancement automatiques, reclassement après stage, etc.) des agents, l’arrêt par les autorités administratives de l’entrave à l’exercice des droits syndicaux, etc.

Pour rappel, le CAM a été mis en place après la baisse drastique, de près de 60% en moyenne, des acquis sociaux des personnels du ministère de la Forêt, constatée lors du paiement, mi-novembre 2014, de la PIP du troisième trimestre 2014. Depuis, le CAM se bat pour trouver des solutions durables visant rétablir les agents du ministère de la Forêt dans leurs droits. Une nouvelle assemblée générale sur l’avancement des principaux points de revendication est prévue le 14 avril prochain à Libreville.