Des artistes gabonais ont reçu, le 15 février à Libreville, des chèques en guise de paiement de la redevance des droits d’auteurs.

Le ministre de la Communication, en charge des Arts, Alain-Claude Billie-By-Nzé face aux artistes, le 15 février 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

Après un demi-siècle d’attente, les artistes gabonais peuvent exulter. Les 15 février à Libreville, en effet, plusieurs artistes ont reçu des chèques en guise de paiement de la redevance des droits d’auteurs. Au total, 10 chèques ont été remis aux artistes ayant accédé aux processus d’enregistrement et d’inscription opéré auprès du Bureau gabonais des droits d’auteurs et des droits voisins (Bugada).

Les artistes présents à la cérémonie de la première répartition de redevance des droits d’auteurs, le 15 février 2018 à Libreville. © Gabonreview

Selon le ministre en charge de la Culture, ces premiers chèques témoignent de la reconnaissance et de l’entrée en vigueur effective de la question des droits d’auteurs et des droits voisins au Gabon. «Cela fait en effet 48 ans que les artistes gabonais, toutes expressions confondues attendent ce jour. Cela fait 48 ans que cette question est sur la place publique», a déclaré Alain-Claude Billie-By-Nzé.

Et le membre du gouvernement d’assurer que les artistes sont «conscients du chemin qui reste pour couvrir l’ensemble des champs relatifs aux droits d’auteurs et aux droits voisins». Tout comme ils sont également «conscients que les choses auraient pu se présenter et s’organiser différemment».

Pour le geste symbolique, ce sont les doyens de la musique gabonaise (Mack Joss, Vikoss Ekondo, Santos) et un cinéaste (Melchy Obiang) qui ont reçu ces chèques dont les montants n’ont pas été divulgués. «C’est le geste qui compte», a déclaré Vikoss Ekondo, appuyés par l’ensemble des artistes qui espèrent désormais une autonomisation financière relative à l’exercice de leur métier.

Si tout le monde s’accorde à dire que cette redevance des droits d’auteurs participe de la normalisation et du développement du milieu artistique au Gabon, beaucoup d’artistes s’interrogent sur les critères de sélection des 95 premiers bénéficiaires. Quoi qu’il en soit, les responsables du Bugada et du ministère en charge de la Culture et des Arts ont indiqué que les artistes n’étant pas inscrits peuvent continuer à le faire, afin que le processus suive son cours.