Le Bureau gabonais des droits d’auteur et des droits voisins (Bugada) a tenu son conseil d’administration, le 27 juillet dernier à Libreville.

Conseil inaugural du Bugada, le 13 juillet 2016, à Libreville. © Gabonreview

Conseil inaugural du Bugada, le 13 juillet 2016, à Libreville. © Gabonreview

 

Le conseil inaugural du Bureau gabonais du droit d’auteur et des droits voisins (Bugada), tenu le 13 juillet dernier, à Libreville devrait être celui de la renaissance. Outre le budget triennal, arrêté à 116 millions de francs, les administrateurs ont adopté le montant des frais d’adhésion des auteurs des œuvres de l’esprit, fixé à 20 000 francs. Ils ont aussi arrêté un plan d’action.

A cette occasion, le président du conseil d’administration s’est désolé de la suspension des travaux en mai dernier. «Je n’ai jamais assisté à un conseil qui suspende une session pendant deux mois et deux jours. Ce qui est une singularité qui souligne la spécificité de la situation actuelle du Bugada. Deux mois de suspension d’une session, c’est énorme», a souligné François Owone Nguema.

L’heure est désormais au travail, car le Gabon a accusé un retard énorme en matière de droits d’auteur.