La journée mondiale des droits des consommateurs a été célébrée le 15 mars. A cette occasion, le ministre de l’Economie a exhorté les administrations compétentes à œuvrer pour le respect des obligations en rapport avec le thème retenu cette année : le numérique.

Régis Immongault, ministre de l’Economie. © D.R.

 

A l’instar de la communauté internationale, le Gabon a célébré, ce 15 mars, la journée mondiale des droits des consommateurs sur le thème «Le droit des consommateurs à l’ère du numérique». A cette occasion, le ministre de l’Economie a exhorté toutes les administrations, les professionnels et les associations des consommateurs, «à œuvrer pour le respect des obligations réglementaire, administrative et technique des produits et services offerts ou utilisés dans le domaine des technologies de l’information et de la communication».

A travers cet appel, Régis Immongault entend amener le consommateur à avoir un comportement averti, «afin que ce dernier soit capable de faire des choix en toute connaissance de cause», a-t-il expliqué. Revenant sur le thème de cette journée mondiale, le ministre de l’Economie a insisté sur le caractère crucial du développement rapide d’Internet, des technologies mobiles et autres technologies numériques, et leurs opportunités pour les consommateurs.

«Les nombreuses transactions effectuées via les services de téléphonie mobile et les cartes bancaires tels que le paiement électronique, le retrait et l’envoi d’argent, mettent en avant la nécessité d’adopter des mesures d’ordre juridique et administratif pouvant permettre aux consommateurs d’obtenir, le cas échéant, réparation par des procédures officielles, rapides et équitables», a-t-il affirmé.

Dans ce sens, Régis Immongault a rappelé l’intégration de l’aspect numérique dans la politique du gouvernement en matière de protection des intérêts des consommateurs. Ce qui traduit «la volonté, des plus hautes autorités du pays, d’améliorer la législation pour une meilleure protection des données à caractère personnel et le maintien d’une qualité de service, conforme aux cahiers de charges techniques au Gabon dans ce domaine», a indiqué le ministre de l’Economie.

D’autant qu’en plus de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), le Gabon s’est également doté d’une Commission nationale de protection des données à caractère personnel (CNPDCP). «Le gouvernement œuvre pour aujourd’hui à assurer la sécurité des consommateurs au regard des évolutions technologiques de l’ère du numérique», a réitéré Régis Immongault.

Par ailleurs, a conclu le ministre de l’Economie : «Ce 15 mars est l’occasion pour l’Arcep et la Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCC) d’informer les consommateurs et de mieux les guider».

Auteur : Carlyne Mamboundou (Stagiaire)