La capitale gabonaise abrite du 5 au 8 décembre, l’atelier régional sur la «Gestion stratégique de la réforme des Douanes de l’Afrique occidentale et centrale». Une rencontre qui devrait permettre aux administrations douanières d’aligner leurs objectifs stratégiques aux enjeux mondiaux et nationaux avec, en ligne de mire, répondre efficacement aux attentes de l’ensemble des parties prenantes à la gestion du commerce international.

L’atelier régional sur la «Gestion stratégique de la réforme des Douanes de l’Afrique occidentale et centrale» s’est ouvert le 5 décembre 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

A l’initiative de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), en collaboration avec la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI), Libreville abrite du 5 au 8 décembre, l’atelier régional sur la «Gestion stratégique de la réforme des Douanes de l’Afrique occidentale et centrale». Organisé avec l’appui financier du Fonds de coopération douanière de la Chine (FCD), cette rencontre s’articule autour de quatre axes stratégiques.

Il s’agit des objectifs du développement au niveau global, continental et régional et leurs impacts sur la planification stratégique des Douanes ; les aspects particuliers du développement au niveau national et leurs impacts sur le plan stratégique pluriannuel des Douanes ; un atelier de professionnalisation ou comment garantir le succès de la stratégie et l’appui des partenaires au développement et des bailleurs de fonds ; la gestion stratégique dans le contexte du plan stratégique régional et le suivi-évaluation de la mise en œuvre du plan stratégique national.

Les officiels (de gauche à droite et de haut en bas) avec Nie Peng (représentant des Douanes de Chines), Bernard Zbinden, Raymond Okongo, Souleymane Sangaré et Jeannot Kalima. Vue de la salle pendant les travaux et la photo de famille. © Gabonreview

Ouvrant les travaux, le secrétaire général du ministère de l’Economie est revenu sur les attentes nationales atour de cet atelier. «Dans le cas du Gabon, les recommandations pertinentes de cet atelier seront d’un apport indéniable dans la mise en œuvre du projet de création de l’Office gabonais des recettes (OGR) qui aura pour ambition de promouvoir l’optimisation des recettes d’une manières juste et équitable, conformément aux meilleures pratiques douanières», a déclaré Jeannot Kalima.

Le directeur général des Douanes, pour sa part, a rappelé que la «planification stratégique est une activité importante dans la formalisation de la stratégie à mettre en œuvre pour l’atteinte de nos objectifs». De manière générale, a souligné Raymond Okongo, «nos administrations doivent être en mesure d’aligner leurs objectifs stratégiques aux enjeux mondiaux, continentaux, régionaux et nationaux pour répondre efficacement aux attentes de l’ensemble des parties prenantes à la gestion du commerce international».

Pour le coordonnateur régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’OMD, cet atelier tombe à point, dans un contexte où gouvernements, opérateurs économiques, citoyens, partenaires au développement et bailleurs de fonds, exigent beaucoup des Douanes. «Mais comment répondre à ces exigences ? La gestion stratégique fournit une réponse mais la thématique est complexe. Je suis convaincu que cet atelier participera à la meilleure application et compréhension de la gestion stratégique et à professionnaliser les participants dans ce domaine», a affirmé Bernard Zbinden.

Cette rencontre qui devrait déboucher sur des réformes à même de doter les pays participants d’administrations douanières modernes, comme l’a rappelé le représentant du Bureau régional de renforcement de capacités (BRRC). «Les échanges et les exercices que nous allons entreprendre au cours de nos travaux devraient, nous l’espérons, nous permettre de disposer du minimum en matière de stratégie, pour positionner les Douanes comme des administrations modernes et performantes», a indiqué Souleymane Sangaré.