A l’occasion de la Supercoupe de la Ligue de basket ball de l’Estuaire (Libabe), organisée le 3 mars à Libreville, le président de la ligue a évoqué les contours de cette confrontation. Dans cette interview accordée à Gabonreview, Dorland Bonango a également dressé le bilan de la saison passée, non sans évoquer l’exercice 2017-2018 dont le démarrage est prévu courant mars.

Dorland Bonango face à la presse lors de la Supercoupe de basket de l’Estuaire, le 3 mars 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Gabonreview : Quel bilan dressez-vous de la saison écoulée ?

Dorland Bonango : Concernant la saison 2016-2017, la Ligue de basketball de l’Estuaire a été plus ou moins satisfaite de ce qui a été réalisé. Nous sommes partis sur un championnat, avec quasiment une vingtaine d’équipes, qui est allé à son terme. Car, il faut savoir qu’au niveau de l’Estuaire, le championnat n’est pas allé à son terme trois années de suite. Nous avons réussi ce pari. Je pense également que le retour que nous avons auprès des associations, qui souhaitent s’affilier à la ligue cette année, est un signe du succès de la saison écoulée. Nous avons notamment totalisé 140 matches, toutes catégories confondues. Nous avons assisté à de belles empoignades. Le final que nous avons eu, au niveau du Prytanée militaire, a permis de montrer que nous avons réalisé un exercice 2016-2017 très intéressant.

Comment s’annonce la saison 2017-2018 ?

Pour cette saison, il est surtout question d’apprendre des erreurs de l’exercice précédent, où tout n’a pas été parfait. Nous allons essayer de franchir un palier, d’élever le niveau. Nous allons donc essayer de nous améliorer au niveau organisationnel. Tout comme au niveau du volume de jeu, où nous fournirons davantage d’efforts. Le tout en fournissant de meilleurs éléments aux clubs, pour avoir des rencontres plus alléchantes.

Etes-vous optimiste sur l’aboutissement de cette saison ?

Bien sûr. J’ai la chance d’avoir une équipe dynamique, ainsi que des jeunes présidents d’association. Et lorsque nous avons pris le pari d’être à la ligue, nous savions à l’avance où nous voulions aller. Nous avions des objectifs précis que nous avons l’intention d’atteindre. Tout ceci pour rassurer que la Libabe mènera effectivement sa saison à son terme.

© Gabonreview

Un mot sur le basketball féminin, en proie à d’énormes difficultés…

Comme vous l’avez si bien signifié, c’est très compliqué au niveau du basket féminin. Au niveau de la ligue de l’Estuaire, nous sommes en train de faire un travail. Car, à l’échelle nationale, il n’y a aucune visibilité. L’année dernière, les trois équipes seniors ont joué avec les juniors garçons, dans ce que nous avons appelé championnat mixte. Il s’agissait de permettre aux filles d’avoir le maximum de matchs dans les jambes. Car il n’est pas intéressant pour une ligue de faire un championnat avec deux ou trois équipes. Cette année encore, les filles joueront avec les garçons.

La ligue organise ce jour la Supercoupe de basket de l’Estuaire…

La Supercoupe est la traditionnelle épreuve démarrant les activités de la Libabe depuis des années. Et depuis l’arrivée de notre équipe, nous avons tenu à ce que la tradition soit respectée. Cette Supercoupe oppose les champions des compétitions de la ligue. Nous avons les finalistes de la saison dernière dans les différentes catégories. Notamment, en juniors et seniors dames et masculins. Cette année, nous avons innové au niveau des juniors notamment, où nous avons pris les quatre demi-finalistes s’affrontant pour une place en finale. Chez les dames, nous avons la finale Galaxy-Tama. Chez les seniors messieurs, par contre, nous avons Owendo 70, champion en titre, qui sera opposé Nzimba, son dauphin lors du championnat de la saison dernière.

© Gabonreview

A quand le début du championnat ?

Nous avons élaboré un calendrier prévisionnel. Maintenant, nous sommes en train de travailler dessus pour essayer de respecter les dates. Nous n’avons pas encore de date précise. Par contre, je peux assurer que le championnat sera lancé courant mars.

La ligue ce n’est pas seulement Libreville, quid des autres localités de l’Estuaire ?

Sur ce point, des efforts seront faits par la ligue. Car, nous avons des activités prévues hors de Libreville. Nous allons essayer d’initier des programmes ou des compétitions au niveau de Ntoum, de Kango, etc. Nous allons essayer d’impliquer tout l’Estuaire dans nos activités.