Les neuf commissaires permanents de la Commission nationale pour la protection des données à caractère personnel (CNPDCP) ont prêté serment le 21 juin 2018, devant la Cour de Cassation.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Les commissaires permanents de la CNPDCP ont prêté serment le 21 juin devant la Cour de cassation. La cérémonie s’est déroulée au Delta Postal, à Angondjé, siège du ministère de l’Intérieur, en lieu et place du Tribunal de Libreville, en raison de la grève des magistrats

Tour à tour, les neuf nommés le 31 mai 2018 en Conseil des ministres ont prononcé le même serment : «Je jure solennellement de bien et fidèlement remplir ma fonction de membre de la Commission nationale pour la protection des données à caractère personnel, en toute indépendance et impartialité de façon digne et loyale et de garder le secret des délibérations».

Le procureur général près la Cour de cassation, Marie Mbanza-Bagny, a rappelé aux promus que «les institutions ne valent que ce que valent les hommes chargés de les faire fonctionner». Il les a invités à «faire preuve de créativité, d’audace, de prudence et surtout de sagesse pour contribuer positivement au bon fonctionnement de l’institution».

Marie Mbanza-Bagny a souhaité également que ces magistrats «veillent à ce que de manière générale, l’informatique soit au service du citoyen gabonais et qu’elle ne porte en revanche pas atteinte ni à la l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques».

Créée par la loi du 25 septembre 2011, la CNPDCP n’a commencé ses activités que le 9 novembre 2012. Elle a pour but de lutter contre les atteintes à l’identité humaine, aux droits de l’homme, à la vie privée, aux libertés individuelles ou publiques, susceptibles d’être engendrées par la collecte, le traitement, la transmission, le stockage et l’usage des données personnelles des citoyens.